Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2009 → Etude de la microflore du Chott Melghir (w.d’El Oued) : isolement, identification et évaluation du degré de pollution

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (2009)

Etude de la microflore du Chott Melghir (w.d’El Oued) : isolement, identification et évaluation du degré de pollution

Yala, Samia

Titre : Etude de la microflore du Chott Melghir (w.d’El Oued) : isolement, identification et évaluation du degré de pollution

Auteur : Yala, Samia

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène

Grade : Magister 2009

Résumé
Les écosystèmes extrêmes présentent des conditions qui sont réputées être difficiles pour toutes les formes de vie. Ce genre d’écosystèmes est nombreux dans le Sahara Algérien. Leur exploration permet l’exploitation des frontières de la vie tout en donnant une autre dimension à la biodiversité du monde microbien. Les sites d’étude ’Chott Melghir’ et ’Site test de Reggane’ offrent des conditions extrêmes de : salinité (200 à 250 g/l), radioactivité, aridité et sécheresse du climat. En effet, les concentrations élevées en sels tendent à affaiblir les interactions électrostatiques qui participent au maintien des structures moléculaires. La radioactivité et la sécheresse endommagent leur ADN. Ces conditions perturbent donc les fonctions des molécules biologiques et menacent leur survie. Toutefois, des micro-organismes procaryotes et eucaryotes prospèrent dans ces milieux en assurant leur équilibre physico-chimique grâce à des mécanismes spécifiques pour le maintien de leur équilibre osmotique, ils possèdent aussi des stratégies de réparation des dommages infligés à leur patrimoine génétique. Les sites de notre étude, héberge une microflore diversifiée : Micro-algues, Cyanobactéries, bactéries halophiles et champignons. Cette dernière isolée et purifiée a été soumise à différentes doses d’irradiation (de rayonnement Gamma) pour confirmer la double résistance aux stress (salinité et radiations ionisantes). Seules les algues ont montré une radiosensibilité, alors que les champignons et les bactéries étaient résistants aux doses de 10 et de 5 kGy, ceci dans leurs milieux de prélèvement (boues et eaux).

Mots Clés : Champignons microscopiques : Algérie Salinité : Algérie Bactéries halophiles : Algérie Radiorésistance

Portail National de Signalement des Thèses

Présentation )

Page publiée le 15 novembre 2014, mise à jour le 21 septembre 2018