Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2007 → Valorisation des communautés de champignons mycorhiziens associées aux plantes pionnières dans la domestication des essences forestières en milieu sahélien

AgroParisTech-ENGREF (2007)

Valorisation des communautés de champignons mycorhiziens associées aux plantes pionnières dans la domestication des essences forestières en milieu sahélien

Dione B.

Titre : Valorisation des communautés de champignons mycorhiziens associées aux plantes pionnières dans la domestication des essences forestières en milieu sahélien

Auteur : Dione B.

Etablissement de soutenance : AgroParisTech-ENGREF

Diplôme : Master, option Foresterie Rurale et Tropicale 2007

Résumé
Le bassin arachidier sénégalais est confronté ces dernières décennies à une déforestation accentuée par une dégradation prononcée de ses terres, suite au déficit pluviométrique, aux mauvaises pratiques culturales et à l’absence de jachères. Cette situation s’est traduite par l’apparition et la colonisation du milieu par des espèces arbustives pionnières. Les enquêtes réalisées dans les sites de Ngane et Sambandé ont permis d’identifier sept espèces arbustives pionnières (Piliostigma reticulatum, Calotropis procera, Euphorbia balsamifera, Guiera senegalensis, Icacina senegalensis, Combretum glutinosum, Heeria insignis) choisies par rapport à leur abondance et leur répartition, pour étudier les communautés de champignons endomycorhiziens associées. Les sols prélevés ont révélé la présence de huit espèces de champignons endomycorhiziens associées à ces arbustes et dont le nombre de spores varie entre 438 (sous Piliostigma reticulatum) et 131 (sous Calotropis procera). Les résultats du piégeage sur sorgho et ceux du contrôle de l’effet filtre sur trois espèces (Piliostigma reticulatum, Calotropis procera et Euphorbia balsamifera), confirment la présence des 8 espèces de champignons. Cependant, suivant l’inoculum, le sorgho renferme un nombre de spores variant entre 411 (sol sous Calotropis procera) et 158 (sol sous Icacina senegalensis). Toutes les espèces arbustives mycorhizent avec des taux variant entre 46 et 100 %. L’analyse des données a montré que les champignons endomycorhiziens contribuent au maintien des espèces végétales et à la restauration des terres dégradées. En conséquence, leur utilisation pourrait aider à la reforestation du bassin arachidier. Cependant, des études complémentaires sont nécessaires sur d’autres espèces arbustives afin d’utiliser le maximum de champignons endomycorhiziens natives associées et d’étudier l’impact de ces espèces arbustives sur la fertilité chimique et biologique des sols.

Sujet : Essence forestière ; arbuste pionnier ; champignon endomycorhiziens ; spores ; effet filtre ; Afrique ; Sahel

Présentation (AgroParisTech)

Version intégrale

Page publiée le 17 décembre 2014, mise à jour le 2 février 2018