Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2010 → Traitement du MNT et extraction du réseau hydrologique d’un bassin versant

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (2010)

Traitement du MNT et extraction du réseau hydrologique d’un bassin versant

Beskri, Youcef

Titre : Traitement du MNT et extraction du réseau hydrologique d’un bassin versant

Auteur : Beskri, Youcef

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène

Grade : Magister 2010

Résumé
La première étape de notre travail consiste à extraire plusieurs réseaux pour différentes valeurs de seuil de surface amont drainée et les comparer à un réseau de référence afin de définir un seuil optimal qui peut référencer les bassins similaires. Le premier résultat principal obtenu est le réseau de drainage. Il est codé et classifié, tel que chaque chenal a un code une classe. Le deuxième résultat est l’image des sous bassins qui représente l’ensemble des sous bassin correspondant aux chenaux d’émergence dont la classe égale à un. Ces deux résultats maitres et autres résultats obtenus constituent les données de base pour un traitement ultérieur. La deuxième étape consiste à intégrer l’ensemble des données obtenus et leurs caractéristiques géomorphologiques dans un système d’information géographique. Cette intégration consiste à faire un passage du format raster des données à un format vecteur qui permet de mieux discrétiser les entités hydrographiques. La disponibilité et la richesse informationnelle de ces données ont permet d’implémenter deux procédure de vectorisation automatique qui permettent de garantir ce passage d’un coté et l’extraction des paramètres géomorphologiques pour chaque entité hydrographique. Le modèle choisi pour le format vecteur est le modèle spaghetti. La première procédure permet de vectoriser les chenaux constituant le réseau hydrographique. Le principe de cette procédure est d’exploiter l’arborescence parfaite du réseau hydrographique afin d’éviter le balayage de l’image entière. Le premier pixel à traiter est celui qui représente l’exutoire, la procédure est récursive et chaque pixel est visité une seule fois. Chaque chenal représente une entité et est représenté par une ligne constitué de l’ensemble des centres des pixels le constituant en format raster. Pour les lignes droites, les pixels pris en compte sont les deux extrémités, les autres sont ignorés afin de minimiser la taille du vecteur. Pour Chaque chenal, sont extraits certains paramètres géomorphologiques. L’insertion des ces paramètres est fait au fur et a mesure du traitement dans une table attributaire. La seconde procédure sert à vectoriser les sous bassin de la première classe. L’idée de base est la même que la première procédure, c’est d’éviter le balayage de l’image entière. D’une façon similaire, le premier pixel à visiter est l’exutoire principal. Les exutoires des sous bassin peuvent être définis. La procédure implémentée est basée sur une suivie de contour des sous bassin à partir de leurs exutoires, selon un sens choisi (le sens horaire est choisi), les points sont insérés au fur et à mesure, selon l’ordre de balayage, dans des arcs, tels que, à chaque polygone est associé une liste des arcs. Si un autre sous bassin partage un arc avec un autre voisin, cet arc est inséré -en même temps- en sens inverse dans un autre arc du polygone représentant voisin. Ce traitement permet d’éviter le traitement redondant des pixels de voisinage. Au fur et à mesure du traitement, les paramètres géomorphologiques de chaque bassins sont extraits en insérés dans une table.

Mots Clés : Télédétection Bassins hydrographiques Drainage

Portail National de Signalement des Thèses

Page publiée le 11 novembre 2014, mise à jour le 29 août 2018