Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → Variables physiques océaniques et leurs liens avec le climat de l’Algérie

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2012

Variables physiques océaniques et leurs liens avec le climat de l’Algérie

Nacef, Lamri

Titre : Variables physiques océaniques et leurs liens avec le climat de l’Algérie

Auteur : Nacef, Lamri

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Doctorat 2012

Résumé
Dans cette thèse, nous nous somme intéressés à la variabilité du climat Algérien, plus particulièrement sa partie nord à cause de sa vulnérabilité et sa sensibilité aux variations et aux aléas climatiques. C’est région est la plus dense en population et concentre les meilleurs sols, la quasi-totalité des ressources en eau renouvelables, la faune et la flore les plus remarquables du pays. De part sa nature géo-climatique, nous avons tenté de déterminer le rôle de la surface marine sur la variabilité du climat, en nous focalisant sur certains aspects particuliers de ce vaste sujet, à savoir : les interactions air-mer à l’échelle de la Méditerranée avec l’idée que l’in ?uence de l’océan sur l’atmosphère pourrait expliquer la variabilité du climat dans notre région aux échelles de temps saisonnière et annuelle ; les modes de téléconnexions basse fréquence dominants entre l’océan et l’atmosphère avec l’idée que ces modes contrôlent la variabilité du climat aux échelles globale et régionale, peuvent-ils influencer la variabilité du climat sur notre région (échelle locale). Ainsi, l’étude des rapports causals entre les flux de chaleur à l’interface air-mer en Méditerranée et la variabilité pluviométrique et thermique dans le nord de l’Algérie ainsi que, la détection des modes de variabilité basse fréquence qui influencent la variabilité interannuelle de la pluviométrie dans cette région sont les principaux objectifs de ce travail. En plus, la réalisation de climatologies à long terme et l’analyse des variations spatio-temporelles des flux de chaleur à l’interface air-mer en Méditerranée figurent aussi dans nos objectifs. Pour les besoins des différentes études, nous avons utilisés les données in situ de MedAtlas2002 contenant des mesures collectées durant la période 1889-2000 ; les données des réanalyses ERA-40 du centre Européen contenant une analyse globale complète sur la période 1957-2002 ; les données des indices standardisés de l’oscillation nord-atlantique (NAO), de l’oscillation arctique (OA), de la SST dans la région Nino 3.4 et de la SST dans la région nord-atlantique (NATL) ; et les données de précipitations enregistrées au nord Algérien pendant la période 1950 ?2008. Les techniques utilisées nous ont permis de restituer des séries complètes de données in situ de température et de salinité à la surface de toute la Méditerranée, sur une période de 45 ans (1955-1999). La combinaison de ces données reconstituées et celles des réanalyses nous a permis d’estimer les flux de chaleur à l’interface air-mer en Méditerranée sur une période de 42 ans (1958-1999). En plus, les climatologies des flux de chaleur estimés sont dans des bonnes gammes par rapport aux climatologies les plus reconnues à l’échelle mondiale. Ces climatologies sont même plus réalistes que celles obtenues à partir des flux basés sur les données des réanalyses (ERA-40). L’analyse spatio-temporelle des différents champs moyens montre que le gradient nord-sud de température et de salinité de surface Méditerranéenne est plus faible que le gradient est-ouest alors que, l’inverse se produit pour les flux de chaleur. Elle montre aussi, que les variations sont plus nettes dans les zones de formation d’eaux profondes que partout ailleurs.

Mots Clés : Climat : Changements : Algérie ; Pluviométrie : Algérie ; Chaleur latente de fusion ; Précipitations (météorologie) : Variabilité : Algérie ; Pluviométrie : Mer : Effets du Climat : Algérie

Présentation (DSpace)

Portail National de Signalement des Thèses

Page publiée le 13 novembre 2014, mise à jour le 3 mai 2018