Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2014 → Partage au sommet de la chaîne alimentaire : comment la hyène tachetée s’adapte à la présence de lions ? : coexistence des prédateurs apicaux dans une savane arborée

Université Claude Bernard (Lyon)

Partage au sommet de la chaîne alimentaire : comment la hyène tachetée s’adapte à la présence de lions ? : coexistence des prédateurs apicaux dans une savane arborée

Périquet, Stéphanie

Titre : Partage au sommet de la chaîne alimentaire : comment la hyène tachetée s’adapte à la présence de lions ? : coexistence des prédateurs apicaux dans une savane arborée

Sharing the top : how do spotted hyaenas cope with lions ? apex predator coexistence in a wooded savana

Auteur : Périquet, Stéphanie

Université de soutenance : Université Claude Bernard (Lyon)

Grade : Doctorat : Écologie : Lyon 1 : 2014

Résumé
Étant au somment de la chaîne alimentaire, les grands prédateurs ont la capacité d’influencer le fonctionnement des écosystèmes, y compris au sein de leur guilde. En Afrique, les lions (Panthera leo) et les hyènes tachetées (Crocuta crocuta, hyènes ci-après) sont les plus gros et les plus nombreux prédateurs, et les hyènes sont souvent considérées comme subordonnées aux lions. Néanmoins, notre compréhension de leurs interactions est très limitée, d’autant plus dans les milieux boisés. Ce travail vise à identifier les mécanismes permettant la coexistence des hyènes et des lions. L’hypothèse principale est que les hyènes évitent les lions à la fois dans l’espace et dans le temps. Une revue de la littérature montre que malgré leur fort potentiel pour la compétition d’exploitation (régimes alimentaires similaires) et d’interférence (kleptoparasitisme et prédation), les lions partagent la quasi-totalité de leur distribution avec les hyènes et leurs densités sont positivement corrélées. J’ai collecté des données sur l’écologie des hyènes et des lions durant 2.5 ans à partir d’observations directes et de colliers GPS dans le Parc National de Hwange (PNH), au Zimbabwe. PNH est caractéristique d’une savane dystrophique arborée semi-aride dominée par l’éléphant (Loxodonta africana). L’écologie de la hyène y est largement influencée par la localisation des points d’eau artificiels, des carcasses d’éléphants et des lions. Les hyènes sélectionnent les habitats riches en proies et près des points d’eau, tout comme le font les lions qu’elles n’évitent que dans des conditions extrêmes de vulnérabilité et de risques. Les carcasses d’éléphants représentent une ressource alimentaire majeure pour les hyènes qui en ont augmenté leur utilisation en réponse à une augmentation de la compétition avec les lions. La disponibilité de ces carcasses facilite probablement la coexistence entre les deux carnivores. Les rencontres avec les lions autour de carcasses sont communes et les deux espèces peuvent rester à proximité pendant plusieurs nuits consécutives. En revanche, les rencontres non liées aux carcasses sont de très courte durée et les deux prédateurs s’éloignent rapidement l’un de l’autre. Contrairement à l’hypothèse classique, les hyènes n’évitent pas les lions de manière systématique. Les interactions entre les deux espèces sont complexes et les hyènes répondent aux lions de manière dynamique et réactive plutôt que prédictive. Bien que les lions soient leur plus grand compétiteur, les hyènes restent à proximité dans certaines circonstances, car ils représentent une source alimentaire grâce au charognage et au kleptoparasitisme. Ces résultats apportent de nouvelles connaissances sur les mécanismes de coexistence et d’interactions entre grands carnivores ainsi que sur l’impact potentiel des décisions de gestion sur leur écologie qui peuvent être utiles pour leur conservation

Mots clés : Crocuta crocuta ; Panthera leo ; Interactions interspécifiques ; Régimes alimentaires ; Sélection de l’habitat ; Parc National de Hwange

Présentation : SUDOC

Version intégrale

Page publiée le 17 décembre 2014, mise à jour le 10 mars 2017