Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Mali → Conséquences du développement des cultures de contre-saison sur l’irrigation et la dynamique de la nappe phréatique à l’Office du Niger (Mali

Université de Bamako (2011)

Conséquences du développement des cultures de contre-saison sur l’irrigation et la dynamique de la nappe phréatique à l’Office du Niger (Mali

Tangara Bréhima

Titre : Conséquences du développement des cultures de contre-saison sur l’irrigation et la dynamique de la nappe phréatique à l’Office du Niger (Mali)

Auteur : Tangara Bréhima

Université de soutenance : Université de Bamako

Grade : Doctorat 2011

Résumé
Ces 10 dernières années ont été marquée à l’Office du Niger par une augmentation spectaculaire des superficies aménagées et cultivées en contre-saison qui ont engendré un accroissement de la demande en eau en période d’étiage du fleuve. Du fait des caractéristiques structurelles du réseau et de pratiques de gestion peu performantes induisant des pertes substantielles d’eau par infiltration, la nappe phréatique est aujourd’hui quasi sub-affleurante avec toutes ses conséquences néfastes sur les facteurs de productions. L’objectif de ce travail est de mieux comprendre et de quantifier les dynamiques engendrées par les cultures de contre-saison, auxquelles il est communément reproché d’être surconsommatrices de la ressource en eau et de favoriser des conditions favorables à la dégradation de sols par alcalinisation. Traduit en termes scientifiques, l’objectif est de développer un modèle permettant d’évaluer l’impact des modes de gestion des cultures de contre-saison sur les performances de l’irrigation et sur la dynamique de la nappe phréatique. La démarche a consisté à collecter et analyser les données secondaires disponibles, mettre en place un dispositif d’enquête et de suivis de terrain sur la base desquels a été développée une modélisation des performances de l’irrigation et de la dynamique d’évolution des caractéristiques la nappe phréatique. L’analyse des données secondaires descriptives de l’évolution des systèmes de culture de contre saison à l’Office du Niger montre un accroissement notoire des superficies cultivées en contre-saison induisant une disparition du schéma de mise en valeur initialement prévu lors de la conception des aménagements. La recherche d’amélioration de leur autosuffisance alimentaire et de leurs revenus, sont les principaux déterminants de cette évolution des pratiques. Les données secondaires descriptives de la gestion de l’eau montrent que si cette dynamique a eu pour conséquence une augmentation importante du taux de prélèvement des eaux du fleuve Niger, elle a induit une réduction de moitié des vii apports par hectare cultivés en contre saison sous l’effet d’une amélioration de l’efficience de transport qui structurellement tend à s’améliorer en fonction de l’accroissement des superficies irriguées. Les résultats des études de terrain montrent qu’à l’échelle d’un arroseur cultivé en riz, le type de sol est le principal facteur explicatif de la variabilité des apports d’eau (en moyenne 15 000 m3/ha). L’efficience moyenne de l’irrigation de l’arroseur à la parcelle, bien que meilleure qu’en hivernage, reste faible (65%) ; elle croit au cours du cycle de 20 à 85% avec le taux de repiquage. Si les pertes dans le réseau de drainage restent généralement faibles (12%), les épandages systématiques d’eau sur les surfaces non encore repiquées en début de campagne sont la principale cause explicative de la valeur de l’efficience de l’irrigation et représentent de l’ordre 25% de la lame d’eau contribuant à la recharge de la nappe phréatique par hectare rizicultivé (200 mm). Leur réduction par une meilleure maîtrise de l’irrigation diminuerait d’autant contribution de la riziculture de contre-saison au soutien de la nappe. La situation du maraîchage est beaucoup plus critique : les apports par hectares en tête de partiteur (14 500 m3/ha) ne sont pas statistiquement différents de ceux du riz alors que les besoins en eau sont deux fois plus faibles. L’analyse des données du suivi de la nappe entre 1995 et 2006 à l’échelle du Kala inférieur confirme la continuité entre nappe de surface, alluviale et continentale et montre que le niveau moyen piézométrique de la nappe à l’aplomb des périmètres du Kala inférieur, augmentation de son volume et sommes des surfaces cultivées en saison des pluies et saison sèche sont significativement corrélés malgré la décroissance graduelle du niveau piézométrique de la nappe à mesure qu’on s’éloigne des périmètres. Ces constatations ont permis de modéliser, sur la base d’un bilan en eau, l’impact combiné des cultures de contre-saison et d’hivernage sur la dynamique de la nappe phréatique. Cette modélisation tend à montrer que les cultures de contre saison n’expliqueraient que de l’ordre de 25% de l’augmentation du volume de la nappe entre 2001 et 2006 ; le reste est à attribuer à l’irrigation des cultures d’hivernage. Cette remontée de la nappe et la continuité entre nappe de surface et nappe régionale confirmée tendent à diminuer la drainabilité naturelle des zones cultivées particulièrement en contre saison et contribuent à expliquer le faible battement de la nappe dans ces zones entrainant un engorgement pratiquement continu des sols qui contraint les conditions d’exploitation et augmente les risques d’apparition de phénomène d’alcalinisation. Compte tenu des approches utilisées basées sur des bilans d’eau et des hypothèses de représentativité supposées, les processus biophysiques des tendances que cette étude a permis d’identifier, mériteraient d’être confirmés. La poursuite de campagnes périodiques de suivi de la nappe, une caractérisation de ses propriétés hydrodynamiques ainsi que le développement de la modélisation hydrogéologique de son fonctionnement devraient être envisagés face aux enjeux qu’elle représente en termes de contraintes à la mise en valeur agricole et de risques environnementaux mais aussi de possible exploitation des ressources en eau souterraines pour la double culture.

Mots clés : Culture de contre saison, dynamique, gestion de l’eau, isopièze, modélisation, nappe, Office du Niger, riziculture, transect.

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale (6,54 Mb)

Page publiée le 7 janvier 2015, mise à jour le 14 décembre 2017