Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1988 → Hydrogéologie de la dorsale calcaire du Rif (Maroc septentrional)

Université Joseph-Fourier - Grenoble I (1988)

Hydrogéologie de la dorsale calcaire du Rif (Maroc septentrional)

Amraoui Allal

Titre : Hydrogéologie de la dorsale calcaire du Rif (Maroc septentrional)

Auteur : Amraoui Allal

Université de soutenance : Université Joseph-Fourier - Grenoble I

Grade : Docteur de 3 ième cycle 1988

Résumé
Par sa grande extension, par les précipitations importantes qu’elle reçoit et le nombre d’oueds et de sources qu’elle alimente en période d’étiage, la dorsale calcaire constitue le plus important aquifere du Rif. L’ étiage prononcé de ses exutoires et l’abondance d’avens, de grottes et de lapiaz, montrent que cet aquifere est de type karstique. La dorsale est formée de plusieurs unités charriées fortement altérées et même broyées localement. Ces unités appartiennent à plusieurs nappes de charriage définies à partir d’études stratigraphiques et tectoniques qui ont montré, outre des variations verticales ou horizontales de faciès, la complexité structurale de ce domaine. Celle-ci est marquée par l’existence de linéaments et la dispersion des unités d’une même nappe de charriage. Dans cette région très arrosée, la distribution des précipitations est très hétérogène à l’ échelle mensuelle. Mais à l’échelle annuelle, elle obéit à la loi du gradient altimétrique. A l’aide de modèles mathématiques, certains termes du bilan hydrogéologique ont été estimés pour plusieurs nappes et bassins versants. Selon l’importance du débit des oueds et des sources, le sens privilégié d’écoulement des nappes a été déterminé et l’eau d’un certain nombre de celles-ci a été analysée. il a aussi été possible de classer les nappes, connaître leurs extensions horizontales et mettre en évidence certaines intercommunications hydrogéologiques. Ces résultats ont été confirmés par l’étude hydrodynamique des nappes. Celle-ci a prouvé en outre, l’extension du bassin hydrogéologique de certains oueds et la définition des zones d’alimentation des nappes au Sud de l’oued Lao. La combinaison de différentes méthodes d’études a permis ,de définir les différentes nappes aquifères, de déterminer les relations entre elles et de démontrer l’indépendance entre la position des unités tectoniques et la répartition des nappes aquifères. A partir de la définition du sens d’écoulement de ces nappes, les zones de sites potentiels pour l’implantation de forages ont été déterminées

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale (46,84 Mb)

Page publiée le 9 janvier 2015, mise à jour le 8 mars 2019