Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1987 → Inversions structurales le long de la direction atlasique en Tunisie centrale : le Jebel Boudinar

Université Scientifique et Médicale de Grenoble (1987)

Inversions structurales le long de la direction atlasique en Tunisie centrale : le Jebel Boudinar

Soyer Christian

Titre : Inversions structurales le long de la direction atlasique en Tunisie centrale : le Jebel Boudinar

Auteur : Soyer Christian

Université de soutenance : Université Scientifique et Médicale de Grenoble

Grade : Doctorat 1987

Résumé
Le J. Boudinar est situé à l’intersection de plusieurs directions rhegmatiques africaines. Il représente en effet un segment d’un des couloirs tectoniques atlasiques (NE-SW) de Tunisie centrale, affecté par l’axe N-S et ses satellites (faille Essouda-Bagra) et les failles de Kasserine (au NE) et de Mezzouna (au SW) de direction NW-SE. L’étude stratigraphique et structurale de ce secteur s’appuie sur une cartographie au 20 000 eme. STRATIGRAPHIE - SEDIMENTOLOGIE : L’examen banc par banc de nombreuses coupes de terrain a permis de préciser l’âge de certaines unités lithostratigraphiques et de caractériser les variations d’épaisseur de chaque Formation du Jurassique à l’Actuel. Ainsi , la base de la Formation Aleg est datée du Turonien terminal, et la Formation Abiod du Campanien à Maastrichtien inférieur. 7 mégaséquences de comblement ont été définies du Tithonique à l’Actuel. Elles sont délimitées par des discontinuités, dont 3 majeures situées à l’Albien inférieur-moyen (?), au Turonien terminal et au Maastrichtien à l’Eocène moyen. Elles sont liées soit à des émersions, soit à une submersion des plates-formes antérieurement exondées, soit encore à une érosion sous-marine. Toutes sont accompagnées d’une induration en milieu aérien ou sous une faible tranche d’eau. HISTOIRE STRUCTURALE : Des variations dans le temps du champ de contraintes appliqué à un bâti structuré aboutissent à une succession et une alternance de stades d’extension et de compression accompagnés à chaque fois par une halocinèse. 5 étapes de déformations ont été distinguées au J. Boudinar : 1 - Une extension N-S caractérise le Crétacé inférieur. Elle provoque le jeu de fractures à toutes échelles selon 4 directions (N 65-85 ; N100-110 ; N 130-140 ; N 165-170). Le couloir tectonique atlasique induit l’effondrement d’un graben kilométrique orienté N 65-85. 2 - Une extension à dominante NE-SW caractérise le domaine de l’Albien supérieur au Turonien. Elle provoque la formation d’aires plus ou moins subsidentes et de blocs basculés orientés N 120-140, N 45-50 et N-S. 3 - L’halocinèse domine du Sénonien à l ’Eocène supérieur. Elle se traduit par la mise en place de rides salifères orientées NE-SW et N-S donnant lieu à une intrusion salifère à leur intersection. Elle pourrait représenter un écho des compressions at1asiques. 4 - Une extension multidirectionnelle caractérise le Miocène moyen, et mobilise des failles orientées N 60 et N 140. 5 - A partir du Miocène supérieur et jusqu’à l’Actuel, le domaine est le Siège de compressions atlasiques provoquant la formation d’un anticlinal à coeur évaporitique et d’un synclinal superposé au collapse salifère Sénonien-Eocène supérieur. Les extrémités du pli sont crochonnées lors du jeu senestre des couloirs tectoniques N-S. Un rejeu dextre est envisagé pour expliquer la rotation horaire de la branche centrale du pli. Le J. Boudinar résulte d’une inversion structurale positive au droit d’un couloir tectonique atlasique (NE-SW). SUBSIDENCE : L’analyse de la courbe des épaisseurs cumulées permet d’individualiser des anomalies (=crises) dans l’évolution de la subsidence. Une corrélation avec l’ensemble la Tunisie montre qu’il s’agit de phénomènes régionaux liés aux évolutions générales africaine, tethysienne-atlantique, et méditerranéenne.

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale (72 Mb)

Page publiée le 10 janvier 2015, mise à jour le 11 juillet 2017