Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1987 → Géologie et hydrogéologie d’un secteur de la zone mobile d’Afrique centrale : région de Poli, Nord-Cameroun

Université Scientifique et Médicale de Grenoble (1987)

Géologie et hydrogéologie d’un secteur de la zone mobile d’Afrique centrale : région de Poli, Nord-Cameroun

Djeuda Tchapnga Henri Bosko

Titre : Géologie et hydrogéologie d’un secteur de la zone mobile d’Afrique centrale : région de Poli, Nord-Cameroun

Auteur : Djeuda Tchapnga Henri Bosko

Université de soutenance : Université Scientifique et Médicale de Grenoble

Grade : Doctorat 1987

Résumé
Le secteur de Poli est situé au Nord Cameroun. Il est occupé par des formations géologiques diverses, allant des migmatites aux schistes, en passant par les gneiss, les granites orientés, les quartzites, les micaschistes ; tous ces ensembles datés au moins du Protérozoïque moyen ont été affectés par l’important événement thermotectonique pan-africain du Protérozoïque supérieur. Cette orogenèse a également entraîné la mise en place de roches plutoniques acides et basiques. Postérieurement à cette orogenèse, l’évolution géoiogique de ce secteur est essentiellement volcano-sédimentaire. Abstraction faite des parties supérieures épimétamorphiques, la morphologie actuelle, autant que les grands traits structuraux de ce secteur sont essentiellement hérités des effets de cette importante orogenèse. L’étude régionale de cette morphologie montre que le secteur de Poli présente un relief très contrasté, opposant les vallées d’altitudes voisines de 300 m aux hauts sommets qui culminent à plus de 2000 m. Cet environnement montagneux crée localement des conditions climatiques favorables, caractérisées par une lame d’eau précipitée supérieure à celles observées dans les autres zones cristallines Nord-Camerounaises. Malgré ces apports considérables, la constitution autant que l’alimentation des nappes souterraines sont médiocres et sont étroitement liées d’une part à la nature pétrographique et au degré d’altération des formations et, d’autre part, à leur état de fracturation et de fissuration. L’étude du réseau de fracturation à diverses échelles d’ob. servation - images satellites, photographies aériennes, observatIons de terrain - a permis de réaliser -un classement séquentiel des fractures du secteur. Les comparaisons avec des études antérieures ont permis d’intégrer nos conclusions dans un modèle régional d’ensemble, à savoir celui de la zone mobile. La prospection et la détection des zones broyées liées à ces fractures sont abordées par les méthodes géophysiques et géomorphologiques. La variabilité des débits de forages autant que celle des propriétés hydrodynamiques sont traitées et témoignent du caractère hétérogène et anisotrope des formations. Les eaux sont faiblement minéralisées et présentent un faciès chimique majeur : bicarbonaté-sodique.

Présentation : Archives Ouvertes

Version intégrale (90 Mb)

Page publiée le 10 janvier 2015, mise à jour le 10 juillet 2017