Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1987 → Étude hydrogéologique et hydrochimique des eaux thermales du centre algérien (Nord)

Université Scientifique et Médicale de Grenoble (1987)

Étude hydrogéologique et hydrochimique des eaux thermales du centre algérien (Nord)

Nedjaï Rachid

Titre : Étude hydrogéologique et hydrochimique des eaux thermales du centre algérien (Nord)

Auteur : Nedjaï Rachid

Université de soutenance : Université Scientifique et Médicale de Grenoble

Grade : Docteur de 3 ième cycle 1987

Résumé
Le thermalisme algérien est caractérisé par une forte concentration des sources chaudes au Nord, généralement liées à de grandes fractures affectant profondemment les formations sédimentaires et parfois même le socle cristallin. Ces fractures sont souvent injectées d’évaporites triasiques. Leurs directions respectives sont NE -SW, NW - SE ou E -W limitant les grands ensembles géostructuraux. Deux différents faciès peuvent être reconnus : - Un pourcentage élevé de sources, jalonnant les grands accidents, ont un faciès chloruré ou sulfaté et sont souvent chaudes ( hyper ou mésothermales). -Un second groupe, lié aux massifs calcaires ou au socle, montre un faciès bicarbonaté calcique ou sodique. Ces sources sont parfois carbogazeuses. l’énérgie nécessaire au réchauffement provient principalement des grands réservoirs géothermiques (Bibans) et secondairement du gradient géothermique, des réactions exothermiques ou/et de l’activité séismique. les réservoirs sont carbonatés ou gréseux. le thermalisme algérien montre de grandes analogies avec celui des Alpes franco-italiennes, et plus particuliérement pour leurs relations avec les fronts de chevauchements limitant les grands ensembles géoostructuraux

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale (68,4 Mb)

Page publiée le 10 janvier 2015, mise à jour le 10 juillet 2017