Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Sénégal → Biologie de la reproduction et étude de l’impact de l’exploitation des feuilles et des fruits sur la productivité des rôniers

Université Cheikh Anta Diop (UCAD) 2000

Biologie de la reproduction et étude de l’impact de l’exploitation des feuilles et des fruits sur la productivité des rôniers

THIONE Lucie Awa

Titre : Biologie de la reproduction et étude de l’impact de l’exploitation des feuilles et des fruits sur la productivité des rôniers

Auteur : THIONE Lucie Awa

Université de soutenance : Université Cheikh Anta Diop (UCAD)

Grade : DOCTORAT DE 3ème CYCLE EN BIOLOGIE VEGETALE 2000

Résumé
Ce travail a porté d’une part sur la biologie florale et la pollinisation du rânier, et d’autre part sur l’impact de la coupe de certains organes sur la production de nouvelles feuilles, de nouveaux épis et de nouveaux régimes de fruits. Les principaux résultats sont les suivants. Borassus aethiopum, espèce dioïque, a un sex-ratio en faveur des pieds femelles. La plante fleurit entre juillet et mars avec un pic entre août et novembre. La maturation des fruits est observée 8 à Il mois après la floraison. Les pieds mâles produisent en moyenne 4 rameaux inflorescentiels formés de 5 ramifications et de 65 épis en moyenne. Chaque épi compte en moyenne 717 cincinnis formés d’un ensemble de 15 fleurs mâles environ. Les fleurs mâles ont une durée de vie moyenne de 6 heures. Les grains de pollen, libérés à l’ouverture de la fleur, ont une longévité d’environ 72 heures lorsqu’ils sont conservés à 5°C sous ambiance saturée. Une perte de plus de 50 % de la viabilité des grains de pollen est observée au bout de 24 heures. Les pieds femelles produisent en moyenne 5 rameaux inflorescentiels composés chacun de 9 régimes de fruits. Chaque rameau inflorescentiel femelle est composé de 33 fleurs environ dont la période de réceptivité dure au moins 4 jours. Le rânier présente des caractéristiques de plantes anémophiles : grains de pollen et stigmates exposés ; importante production de pollen  ; rapport élevé du nombre de grains de pollen sur le nombre d’ovules ; longue phase de réceptivité du stigmate ; longue période de floraison. Cependant, la pollinisation entomophile (73 %) est plus efficace que la pollinisation anémophile (18 %). Les insectes sont attirés sur les fleurs par les odeurs. Ils se nourrissent du XIV nectar et du pollen produit par la plante. Les principaux insectes collectés au niveau des fleurs de la plante sont : Apis mellifica, Nomioides rotundiceps, Rhinia apicalis, Chrysomyia sp., Nomia sp., Eupista sp. Ces insectes interviendraient probablement dans la pollinisation de la plante. L’exploitation intensive des feuilles et des fruits verts du rânier sur plusieurs années a une action négative sur la production de nouvelles feuilles et de nouveaux fruits. L’exploitation modérée de ces parties de la plante ne semble pas avoir d’effet sur la production de feuilles et semble stimuler la production fruitière. L’arrêt de l’exploitation intensive ou modérée des feuilles et des fruits verts pendant au moins deux années aurait une action positive sur la production de feuilles et de fruits.

Mots clés : Borassus aethiopum, rânier, pollinisation, pollen, nectar, coupe, production de feuilles et de fruits, Sénégal.

Version intégrale

Page publiée le 5 mars 2015, mise à jour le 15 septembre 2017