Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Rôle des légumineuses sur la fertilité des sols ferrugineux tropicaux des zones guinéenne et soudanienne du Burkina Faso

Université Laval (2002)

Rôle des légumineuses sur la fertilité des sols ferrugineux tropicaux des zones guinéenne et soudanienne du Burkina Faso

Bado, Boubie Vincent

Titre : Rôle des légumineuses sur la fertilité des sols ferrugineux tropicaux des zones guinéenne et soudanienne du Burkina Faso

Auteur : Bado, Boubie Vincent

Grade : Doctorat 2002

Université de soutenance : Université Laval (Canada)

Résumé
Les cultures légumineuses fixatrices d’azote constituent une alternative pour améliorer la nutrition azotée. Cette recherche avait pour objectif d’évaluer les contributions en azote de l’arachide (Arachis hypogea) et du niébé (Vigna unguiculata) et leurs impacts sur la nutrition azotée et les rendements du sorgho (Sorghum bicolor) et du cotonnier (Gossypium spp) subséquents. Les expérimentations ont été conduites au Burkina Faso dans les zones guinéenne à Farakô-Ba et soudanienne à Kouaré de 1993 à 2001. La fixation symbiotique de l’azote a été mesurée par la méthode de la dilution isotopique. L’arachide fixait 8 à 23 kg N ha-1 dans l’atmosphère, couvrant 27 à 34 % de ses besoins en azote. Le niébé fixait 50 à 115 kg N ha-1, soit 52 à 56 % de ses besoins en azote. Comparativement à l’engrais minéral seul, les rendements et l’azote fixé par les deux légumineuses augmentaient lorsque l’engrais minéral était associé avec le phosphate naturel, la dolomie ou le fumier. Les précédents légumineuses augmentaient l’azote minéral du sol de 13 à 40 % et le sorgho prélevait 2 à 3 fois plus d’azote, entraînant des augmentions de rendements de 60 à 300 % par rapport à la monoculture. À Kouaré, les sols des rotations Jachère-Sorgho et Niébé-Sorgho fournissaient plus d’azote au sorgho que ceux de la monoculture de sorgho et augmentaient les coefficients d’utilisation de l’engrais azoté de 9 et 5 unités respectivement. À Farakô-Ba, les sols des rotations Jachère-Sorgho, Arachide-Coton-Sorgho et Coton-Arachide-Sorgho fournissaient plus d’azote au sorgho que ceux de la monoculture de sorgho et augmentaient les coefficients d’utilisation de l’engrais azoté de 13, 25 et 32 unités respectivement. Comparativement au sol initial, toutes les rotations diminuaient le carbone organique à Kouaré et à Farakô-Ba de 52 à 56 % et de 29 à 34 % respectivement. Le sol ainsi que le sorgho des rotations comportant l’arachide étaient moins infectés par les nématodes alors que ceux des rotations Niébé-Sorgho étaient plus infectés comparativement à la monoculture de sorgho. Les résultats ont montré que les rotations comportant des légumineuses améliorent la nutrition azotée et les rendements en augmentant l’azote disponible dans le sol et le recouvrement de l’azote apporté par l’engrais. Un précédent niébé ou arachide équivaut à une application de 25 Kg N ha-1 d’engrais minéral pour la culture succédant à la légumineuse. Les précédents arachide et niébé augmentent le potentiel de rendement du sorgho subséquent. Après l’arachide et le niébé, les doses d’engrais azoté nécessaires pour atteindre les rendements optimums de sorgho étaient de 51 et 58 kg N ha-1 respectivement. La nutrition azotée et la productivité des systèmes traditionnels peuvent être améliorées à moindre coûts par les rotations avec les cultures légumineuses en utilisant les amendements organiques, la dolomie et les phosphates naturels.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 5 mars 2007, mise à jour le 8 février 2018