Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Les effets d’une augmentation du prix de l’eau d’irrigation au Maroc une étude en modèle d’équilibre général calculable

Université de Sherbrooke (2010)

Les effets d’une augmentation du prix de l’eau d’irrigation au Maroc une étude en modèle d’équilibre général calculable

Gosselin, Véronique

Titre : Les effets d’une augmentation du prix de l’eau d’irrigation au Maroc une étude en modèle d’équilibre général calculable

Auteur : Gosselin, Véronique

Université de soutenance : Université de Sherbrooke

Grade : Master of Science (MS) 2010

Résumé
Ce mémoire utilise un modèle d’équilibre général calculable basé sur celui réalisé par Decaluwé, Patry et Savard (1998) afin d’analyser les impacts de changements dans la grille tarifaire de l’eau marocaine. Différentes modifications sont apportées au modèle de Decaluwé, Patry et Savard (1998) afin d’en augmenter la précision, soit une division du modèle en quatre régions se basant sur les bassins versants marocains, une désagrégation des branches agricoles et l’actualisation de la production de l’eau et des données nationales utilisées. Ces modifications permettent de clarifier, dans le contexte actuel, les effets directs et indirects d’une augmentation des tarifs de l’eau agricole et de comparer les impacts de deux tarifications différentes, soit une augmentation de 10% des prix de l’eau d’irrigation et une tarification au coût marginal pour l’ensemble des usagers. La première simulation entraîne une diminution importante des subventions au secteur de l’eau, ce qui augmente l’épargne du gouvernement de 18,27%. La simulation entraîne par ailleurs une augmentation de l’emploi agricole pour l’ensemble des régions, une faible diminution de la production agricole (entre 0,07% et 1,64% selon les branches de production) et une diminution de la production d’eau entre 6,51% et 7,32% selon les régions. La deuxième simulation effectuée entraîne une augmentation des subventions au secteur de l’eau et un impact négatif sur l’épargne du gouvernement (baisse de 54,09%). Cette simulation engendre une baisse de la production de l’eau au niveau national mais une augmentation de production d’eau dans la région la plus fragile au stress hydrique. La production agricole diminue plus fortement, entre 0,17% et 11,27% selon les branches de production, et l’emploi agricole augmente dans les régions au nord du pays mais diminue dans les régions du sud

Présentation

Version intégrale (5,10 Mb)

Page publiée le 10 février 2015, mise à jour le 31 janvier 2018