Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Enhancing livelihood resilience in Makueni county, Kenya : the role of informal credit in smallholder farming

McGill University (2014)

Enhancing livelihood resilience in Makueni county, Kenya : the role of informal credit in smallholder farming

Carlyn A. James

Titre : Enhancing livelihood resilience in Makueni county, Kenya : the role of informal credit in smallholder farming

Auteur : Carlyn A. James,

Université de soutenance : McGill University

Grade : Master of Arts (MA) 2014

Résumé
En raison de la dégradation des terres, les pressions démographiques croissantes, et de fréquentes sécheresses, les petits exploitants agricoles dans les zones arides d’insécurité alimentaire du Kenya ont du mal à atteindre les objectifs de production tout en maintenant un ensemble diversifié de cultures pour soutenir la santé / nutrition. Dans la région semi-aride de la province orientale de Ukambani plus spécifiquement, ces facteurs sont aggravés par l’érosion des sols et la variabilité climatique, rendant n’importe quel niveau de l’agriculture commerciale, une entreprise précaire. Gardant cela à l’esprit, la plupart des établissements de crédit dans ce domaine considèrent les petits exploitants de financement pour être un jeu à très haut risque. En outre, le développement de sources de crédit qui sont en harmonie avec les besoins dépendante des saisons des petits exploitants n’est pas toujours très rentable pour les établissements de crédit. De la même manière, le point de vue de l’agriculteur nous dit que les coûts de transaction et des frais supplémentaires associés aux déplacements vers un établissement de crédit, de soumettre une demande de prêt, et en attendant qu’il soit traité sont tout simplement pas en harmonie avec l’énorme contraintes de temps et d’argent qui sont au centre de toute vie agraire. Pourtant, l’insécurité alimentaire chronique est une caractéristique particulière du système des moyens de subsistance des petits exploitants dans Ukambani qui couches urgence sur le dessus d’un ensemble déjà appuyant sur des besoins de crédit. Cette recherche est une des réponses à la question de savoir où ces agriculteurs se tournent de crédit en cas de besoin, et comment le crédit offre des petits exploitants une certaine prévisibilité au milieu d’un environnement très imprévisible et difficile.
Dans cet article, je soutiens que le crédit améliore la résilience du système de subsistance des petits exploitants en aidant les agriculteurs absorber les chocs. Je décris le paysage financier de mon fieldsite du comté de Makueni, Ukambani, typologizing les sources formelles et informelles de crédit qui sont théoriquement disponibles pour les agriculteurs. Plus précisément, je passe en revue les raisons pour lesquelles les petits agriculteurs sont statistiquement moins susceptibles de se tourner vers les institutions formelles de crédit et de se concentrer sur les points forts de la structure de prêt du groupe informel (chama en kiswahili ou mwethiya dans kikamba), dont la preuve ethnographique montre est incroyablement fiable, adaptatif, et une source populaire de crédit. Ce faisant, je démontre les moyens de ces groupes permettent aux agriculteurs d’effectuer des transactions Kamba en utilisant une variété de médias (par exemple, le capital social, les biens matériels, des connaissances / compétences, trésorerie) qui portent tous une valeur similaire. Employant (2004) le concept de Jane Guyer de convertibilité, je soutiens que cette interprétation plus large de la valeur et de crédit permet à ces groupes de résister à être vulnérable aux fluctuations des flux de trésorerie ou des pénuries dans les aliments, par exemple. Parce que le crédit et l’endettement sont intrinsèquement liées concepts, je me concentre aussi sur l’état métaphysique de l’endettement et les diverses obligations interpersonnelles qui définissent la vie sociale de l’homme. J’utilise les données ethnographiques pour montrer que s’endetter à une autre personne (plutôt qu’une institution) renforce sa capacité à répondre aux risques et l’imprévisibilité. J’utilise (2003) le concept de Parker Shipton de mandatement et (2003) l’idée de Janet Roitman de la dette comme « richesse non autorisée » à développer l’idée que la dette est en fait une fonction productive de la vie financière des petits exploitants et peut donc être conçue comme un indicateur économique positif dans le plus grand système de petites exploitations de subsistance dans Ukambani.

Version intégrale

Page publiée le 10 mars 2015, mise à jour le 18 juillet 2017