Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Réflexion sur l’accessibilité à l’eau potable dans le Sénégal rural : cas de la communauté rurale de Léona

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE (2013)

Réflexion sur l’accessibilité à l’eau potable dans le Sénégal rural : cas de la communauté rurale de Léona

Madina Hady Tall

Titre : Réflexion sur l’accessibilité à l’eau potable dans le Sénégal rural : cas de la communauté rurale de Léona

Auteur : Madina Hady Tall

Université de soutenance : UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

Grade : Maître en environnement (M.Env) 2013

Résumé
À moins de 3 ans de l’horizon butoir 2015, le déploiement du Programme eau potable et assainissement du millénaire du Sénégal depuis 2006 à Léona dans la région de Louga, n’a pas encore atteint l’objectif fixé à 100 % de desserte en eau potable pour toute la communauté rurale. En effet, un cycle de projet non maîtrisé, un cadre institutionnel flou et instable, la non prise en compte d’enjeux socio-culturels dans la planification du programme, la faible professionnalisation des associations d’usagers de forages et le manque de moyens financiers, ont entrainé un déséquilibre important dans la répartition des points d’eau à l’intérieur et entre les villages de la localité ainsi que des problèmes de disponibilité des ouvrages hydrauliques. Cette mauvaise répartition des points d’eau est accentuée par des problèmes de disponibilité de l’eau potable liés à l’impact des changements climatiques et des facteurs de qualité de l’eau. Ce qui s’est traduit par des villages excédentaires en eau potable d’un côté et par des villages qui en sont déficitaires de l’autre, entrainant ainsi, entre autres, des conflits d’usages de l’eau, des écarts entre les besoins en eau des populations et la disponibilité des ouvrages hydrauliques, le recours à l’eau contaminée pour s’approvisionner, et l’accroissement de la distance entre les populations et les points d’eau censés les desservir. L’objectif de cette étude est d’arriver à partir de données qualitatives (entretiens avec des experts en changements climatiques, des acteurs de l’hydraulique rurale et des usagers d’ouvrages hydrauliques à Léona) et quantitatives (pluviométrie, piézométrie, et données de qualité de l’eau) ainsi que des informations documentaires, à : 1) caractériser les faiblesses du PEPAM à Léona ; 2) quantifier les besoins d’approvisionnement en eau potable de la population actuelle et 3) cerner et discuter les enjeux de cet approvisionnement afin de faire des recommandations appropriées qui permettront de remédier aux faiblesses de la gouvernance du programme au niveau de la communauté rurale de Léona. Pour réaliser l’objectif, les informations qualitatives et documentaires recueillies sur le terrain ont été synthétisées et les données qualitatives ont été exploitées à l’aide un tableur Excel afin d’apprécier d’une part, les préoccupations des acteurs par rapport au PEPAM et les caractéristiques du programme La collecte des données et les entrevues sur le terrain ont permis d’identifier 4 enjeux majeurs liés à cet approvisionnement inadéquat en eau potable malgré la mise en place du PEPAM. Il s’agit de : 1) la répartition des points d’eau ; 2) la gestion de l’approvisionnement en eau par les acteurs locaux ; 3) la disponibilité des ressources en eau en quantité et en qualité et 4) la gouvernance et participation citoyenne. Une discussion sur la teneur de ces enjeux à fait ressortir : 1) une répartition des ouvrages hydrauliques qui ne répond pas à une desserte satisfaisante en eau potable ; 2) une qualité de l’eau qui se détériore à cause de pesticides et de teneurs élevés en fer ; 3) une salinisation croissante des nappes d’eau souterraines ; 4) un cadre institutionnel du PEPAM qui n’est pas tout à fait adéquat en partie à cause de son instabilité ; 5) une régression du niveau de la nappe phréatique corrélée aux changements climatiques et 6) un manque d’implication des villageois dans l’implantation du programme et une gestion déficitaire des infrastructures d’adduction de d’eau. Dans le but d’atteindre cet objectif de 100 % de desserte en eau à l’horizon 2015, des recommandations ont été formulées à l’intention des gestionnaires dans le but de les aider à atténuer les faiblesses du programme tant au niveau des actions gouvernementales qu’au niveau de la gestion des ouvrages par les acteurs locaux ou usagers.

Mots Clés : PEPAM, communauté rurale, Léona, approvisionnement en eau potable, répartition des ouvrages hydrauliques

Version intégrale

Page publiée le 10 mars 2015, mise à jour le 2 février 2018