Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2014 → Évaluation de la toxicité des eaux usées traitées par la station d’épuration de Guelma et son impact sur l’oignon « Allium cepa »

Université Badji Moktar de Annaba (2014)

Évaluation de la toxicité des eaux usées traitées par la station d’épuration de Guelma et son impact sur l’oignon « Allium cepa »

Bedouh Yazid

Titre : Évaluation de la toxicité des eaux usées traitées par la station d’épuration de Guelma et son impact sur l’oignon « Allium cepa ».

Auteur : Bedouh Yazid

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba

Grade : Doctorat LMD 2014

Résumé
Un essai sur une variété d’oignon « Allium cepa » a été conduit afin de vérifier les effets des eaux usées traitées sur quelques paramètres physiologiques, biochimiques et enzymatiques de cette plante. Pour cela un semis dans des pots a été réalisé. Deux irrigations différentes ont été choisies, l’une en utilisant des eaux usées traitées provenant des la station d’épuration de Guelma, et l’autre, des eaux ordinaires servant de témoin. Un premier prélèvement a été effectué au stade (chute des cotylédons), un second au stade (5 feuilles) et un troisième au stade (formation des bulbes). Les tests ont porté sur la germination, les teneurs en chlorophylles au niveau des feuilles, sur la biomasse (feuilles et racines), et sur les teneurs en sucres solubles, protéines totales et proline au niveau des racines, tiges et des feuilles et l’activité enzymatique de la catalase, gaïacol peroxydase et APX . Des analyses physico-chimiques des eaux usées traitées ont été également réalisées concernant les paramètres suivants : T°C, pH, le potentiel redox, la conductivité électrique, les matières en suspension (MES), la DBO5, la DCO, les matières oxydables, nitrates, nitrites, les orthophosphates et l’ammonium et des analyses microbiologiques : les coliformes totaux, les coliformes fécaux, la flore mésophile, les streptocoques, les staphylocoques, les salmonelles et les shigelles. Les résultats obtenus ont montré que sur le plan énergétique, les chlorophylles totales sont plus élevées chez la variété d’oignon et aux 3 stades quand elle est irriguée avec des eaux usées traitées, montrant ainsi l’aptitude du cultivar à réagir favorablement sous les conditions abiotiques. La biomasse a tendance à augmenter suite à l’irrigation avec des eaux usées épurées. Concernant la germination, le traitement par les eaux usées traitées présente un effet positif sur le taux de levée des grains et un allongement de la période de celle ci. Les sucres solubles, critère souvent pris comme référentiel de tolérance au stress ont été accumulés beaucoup plus au niveau des racines chez la variété expérimentée aux stades (5F) et (FB). Les teneurs en proline sont supérieures chez les plantes traitées, expliquant ainsi l’adaptation du cultivar aux conditions abiotiques. Les protéines totales suivent de manière générale le profil de la proline. Les résultats des activités spécifiques de guaïgol peroxydase et de la catalase indiquent une grande capacité antioxydative chez l’oignon L’analyse physico-chimique des eaux usées traitées a montré que pour l’ensemble des paramètres étudiés au cours de l’expérimentation, en particulier la conductivité électrique, l’ammonium et le ratio DCO/DB05 dépassent les normes admissibles lorsqu’elles atteignent leurs valeurs maximales. Ceci est lié à la faible dilution de la matière organique en raison de la consommation plus au moins limitée d’eau par habitant en comparaison avec les pays développés. L’analyse microbiologique a montré la présence de germes pathogènes (les shigelles et les staphylocoques). Le nombre des coliformes fécaux dépasse légèrement la norme fixée par l’OMS.

Mots Clés : eau usée traitée ; irrigation ; oignon ; physiologie ; biochimie ; enzymologie.

Version intégrale (Université)

Page publiée le 17 mars 2015, mise à jour le 6 octobre 2018