Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2011 → Impact de l’application du coefficient d’écorçage sur l’état sanitaire des arbres de chêne liège (Quercussuer L.) Cas de la forêt de Zarieffet (W.Temcen)

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (2011)

Impact de l’application du coefficient d’écorçage sur l’état sanitaire des arbres de chêne liège (Quercussuer L.) Cas de la forêt de Zarieffet (W.Temcen)

HAMANI, Fatima-Zohra

Titre : Impact de l’application du coefficient d’écorçage sur l’état sanitaire des arbres de chêne liège (Quercussuer L.) Cas de la forêt de Zarieffet (W.Temcen)

Auteur : HAMANI, Fatima-Zohra

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Master en S-Agronomie 2011

Résumé
L’impact de l’application du coefficient d’écorçage sur l’état sanitaire des arbres de chêne liège (Quercus suber L.) a été étudié dans deux parcelles de la forêt domaniale de Zarieffet, faisant partie intégrante du réseau de surveillance de l’état sanitaire des suberaies du nord ouest d’Algérie. L’évaluation annuelle du déficit foliaire (synthèse de 11 ans) à l’échelle des 55 arbres échantillons, convergent les 2 peuplements vers un non dépérissement Les coefficients d’écorçage excessifs ), relevés sur les arbres échantillons s’identifient dans 75 % des sujets de Pli et 69,5 % de P12 tandis que les coefficients sans valeurs représentaient respectivement 25,5% (P11) et 30% (P12). Les surfaces de levée générées à partir de ces coefficients rendent les arbres sujets à un dénudement forcé selon la taille de l’arbre, mais sans impact majeur sur l’état sanitaire qui est resté très stable. Cette affirmation a été constatée sur les mêmes arbres, après une année de l’écorçage de 2010( en 2011) et 15 ans après l’écorçage de 1996. Quantativement, l’application des nonnes de Boudy sur les arbres échantillons s’accompagne d’une perte visible entre la hauteur d’écorçage et la hauteur du fût (première hauteur optimale) estimée en moyenne à 12,7 kg dans la parcellel et à 23,62 kg dans la parcelle 2, soit une perte par arbre de l’ordre 3,03 kg (PlI) et 4,5kg(P12). Par contre, l’augmentation des coefficients jusqu’à la hauteur optimale 2 (branches principales) majorerait la production moyenne à des valeurs prometteuses de 30,3kg (P11) et 34,68 kg(P12).

Mots clés : coefficient d’écorçage, surface de levée, gain perte Zarieffet état sanitaire

Présentation

Version intégrale (24,01 Mb)

Page publiée le 20 mars 2015, mise à jour le 5 septembre 2018