Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2014 → Les conditions de réussite de la gestion quantitative locale et décentralisée des ressources en eau souterraines : études de cas de gestion des nappes dans le bassin méditerranéen

Montpellier SupAgro (2014)

Les conditions de réussite de la gestion quantitative locale et décentralisée des ressources en eau souterraines : études de cas de gestion des nappes dans le bassin méditerranéen

Fradet Juliette

Titre : Les conditions de réussite de la gestion quantitative locale et décentralisée des ressources en eau souterraines : études de cas de gestion des nappes dans le bassin méditerranéen

Auteur : Fradet Juliette

Etablissement de soutenance : Montpellier SupAgro

Diplôme : Master cohabilité Eau, Spécialité Eau et Société 2014

Résumé
Le présent mémoire traite de la gestion locale et décentralisée des ressources en eau souterraines dans le bassin méditerranéen. L’approche locale et décentralisée a été choisie car elle semble adéquate pour mettre en place une gestion efficace des eaux souterraines. Cela a été montré par Elinor Ostrom - prix Nobel d’Economie en 2009- dans son ouvrage La gouvernance des biens communs (Ostrom, 201 0). Ainsi, à travers six cas de gestion quantitative des nappes en France, en Espagne, en Jordanie et au Maroc, les obstacles rencontrés par les gestionnaires lors de la mise en place d’une gestion locale et décentralisée des nappes sont examinés. Cette analyse permet d’apprécier les stratégies mises en oeuvre pour surmonter les obstacles. La réflexion a été conduite grâce à une étude bibliographique et des entretiens avec des gestionnaires de nappes afin de parvenir à la formulation de recommandations quant à l’élaboration d’un cadre favorable à la mise en place d’une gestion efficace des ressources. Cette analyse est complétée par la comparaison de la gestion mise en place dans chacun des cas à des principes de conception d’une gestion locale et décentralisée, définis par Elinor Ostrom. Il ressort de la réflexion que les principaux problèmes de gestion apparaissent lorsque les choix individuels s’imposent aux choix collectifs. Ainsi, les tensions entre les différentes parties prenantes et les blocages institutionnels semblent plus significatifs que les problèmes techniques à proprement parler. L’émergence d’une vision collective sur la problématique quantitative de la ressource semble être un préalable à la mise en place d’une gestion locale et décentralisée efficace.

Sujet : Eau souterraine ; Gestion des eaux ; Décentralisation ; Participation ; Étude de cas ; France - Bassin méditerranéen

Présentation (AgroParisTech)

Page publiée le 21 mars 2015, mise à jour le 16 novembre 2017