Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Burkina Faso → Les paysans accèdent aux marchés : filière équitable autour du soja (Burkina Faso)

2014

Les paysans accèdent aux marchés : filière équitable autour du soja (Burkina Faso)

Burkina Faso

Titre : Les paysans accèdent aux marchés : filière équitable autour du soja (Burkina Faso)

Pays : Burkina Faso

Localisation : Région de la boucle du Mouhoun, région des Hauts-Bassins et Ouagadougou, Burkina Faso

Date : 2014 (36 mois)

Programme : Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest | Nourrir les villes !

Porteur du projet : Agence pour la promotion de la petite et moyenne entreprise agriculture et artisanat (APME.2A), Burkina Faso

Contexte
Dans l’ouest du Burkina Faso, le système traditionnel des collecteurs commerçants n’est pas favorable aux paysans et ne les encourage pas à développer la production : prix faibles, tromperies sur les quantités, absence de contrat, etc. Pour augmenter leur productivité et nourrir les urbains, il faut qu’ils aient accès à un marché équitable. Les expériences de l’AMPME.2A qui appuie les paysans depuis plus de 10 ans ont démontré que des entreprises agroalimentaires bien structurées pouvaient jouer efficacement ce rôle de maillon entre la production et la consommation.

Présentation
La culture du soja s’étend du fait de ses atouts : enrichissement du sol en azote, forte demande en tourteaux de soja pour l’aviculture, possibilité de combler le déficit en huile végétale, intérêt nutritif, etc. L’ONG APME.2A a appuyé la création d’une huilerie (SIATOL) située à Ouagadougou qui aura besoin dans les prochaines années d’importantes quantités de soja. En accompagnant de nouveaux paysans à produire du soja, SIATOL pourra atteindre une taille critique lui donnant accès au crédit bancaire. Sa production doit dépasser les 1 000 tonnes d’huile en 2018. Avec le soja, les paysans disposent d’un aliment riche et facile à conserver. Les surplus ainsi transformés par SIATOL réduisent la dépendance du Burkina Faso aux huiles végétales importées et aux tourteaux pour l’alimentation animale. La filière avicole, en fort développement, en bénéficie.

Bénéficiaires : Directs : 2 000 familles Indirects : 500 familles

Partenaire : Centre international de développement et de recherche (CIDR), France

Financement : Fondation de France : 45 735 €

CFSI - Comité Français pour la Solidarité Internationale

Page publiée le 5 mai 2015, mise à jour le 15 avril 2018