Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2012 → Projet d’Adaptation aux Changements Climatiques des communautés rurales d’Ali-Sabieh (PACCRAS) (Djibouti)

2012

Projet d’Adaptation aux Changements Climatiques des communautés rurales d’Ali-Sabieh (PACCRAS) (Djibouti)

Djibouti

Titre : Projet d’Adaptation aux Changements Climatiques des communautés rurales d’Ali-Sabieh (PACCRAS) (Djibouti)

Pays : Djibouti

Durée : 01/03/2012 - 28/02/2013

Partenaires : PNUD, Japon, Ministère de l’Environnement

Présentation
Bien que la sécheresse ne soit pas un nouveau défi en milieu rural à Djibouti, l’échelle spatiale et la durée des sécheresses des dernières années et ses conséquences sur le couvert végétal, les ressources en eau et le bétail ont clairement dépassé les mécanismes d’ajustement des populations rurales. Par voie de conséquence, ces conditions difficiles ont déjà et vont forcer un nombre croissant d’éleveurs et d’agro-pasteurs à abandonner leurs activités traditionnelles et à migrer vers les centres urbains, principalement dans la capitale Djibouti-ville. Il a été déjà observé l’installation des réfugiés climatiques autour des centres urbains d’Ali-Sabieh, Djibouti-ville et Dikhil et autour de certains villages comme Omar Jagac ou Kouta-Bouya. La plupart du temps, les villes n’offrent aucune opportunité à ces populations qui vont venir grossir un peu plus le nombre de pauvres en milieu urbain. Il est actuellement bien démontré que les changements climatiques en cours et les sécheresses associées ne peuvent pas être attribuées uniquement à la seule variabilité climatique. Il existe des évidences scientifiques qui montrent que l’augmentation des événements de type sécheresse sont corrélés au changement climatique et sont les signes précurseurs d’un changement climatique persistant. Une étude du U.S Geological Survey et de l’université de Californie ont déterminé que la diminution de la pluviométrie et l’augmentation de la fréquence des sécheresses ces trente dernières années sont corrélées à un réchauffement des eaux dans l’Océan Indien directement lié au réchauffement global de la terre. Avec une augmentation continue des températures, cette tendance pour une augmentation de la fréquence des sécheresses et la rareté de l’eau vont probablement persister et s’amplifier dans le futur.

Donateur : Gouvernement du Japon : 1,000,000 USD.

PNUD Djibouti

Page publiée le 12 mai 2015, mise à jour le 12 août 2018