Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2013 → Programme de micro-jardins (Sénégal)

2013

Programme de micro-jardins (Sénégal)

Sénégal

Titre : Programme de micro-jardins (Sénégal)

Pays : Sénégal

Date : 2013

Contexte
La population de Dakar augmente rapidement de façon naturelle, à cela il faut ajouter l’exode rural dû à la sécheresse depuis la fin des années 1960. En 2001 (DPS), la population de la ville s’élevait à 2,4 millions d’habitants sur une superficie de 550 kilomètres carrés : ce qui équivaut à 24% du territoire du pays et à 3% de la population. La pression sur les espaces agricoles réduit l’accès à la propriété terrienne pour les groupes fragiles que sont les femmes et les jeunes

Présentation
L’objectif général du programme de micro-jardins est de contribuer à la réduction des taux de chômage et de pauvreté par l’amélioration de l’alimentation et de la nutrition de même que par la génération de revenus pour les populations.

Le projet de micro-jardins a débuté à Dakar en 1999 dans la cadre d’un programme de coopération technique entre l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et de l’Agriculture (FAO) et le gouvernement sénégalais. Le Programme Spécial pour la Sécurité Alimentaire (SFPS) de la FAO a permis son extension, en 2001, dans les autres capitales régionales du Sénégal. Le projet de micro-jardins a permis l’introduction de nouvelles technologies se rapportant à la production horticole hors-terre dans les cours, sur les toits et à des endroits vacants. En 2004, ce projet est devenu un programme.

La réduction de la pauvreté est son principal objectif. • Son but était, et continue d’être, de fournir des légumes frais aux familles démunies afin d’améliorer leur apport en nourriture et leur nutrition. Cet objectif est aussi réalisé par la génération de revenus provenant de la vente des surplus de production. Afin de consolider les micro-jardins et d’améliorer la sécurité alimentaire à Dakar, un autre programme a été signé en 2006, et pour deux ans, entre les municipalités de Milan et de Dakar. • Un autre objectif de ces initiatives était de faciliter l’accès à une production urbaine et périurbaine pour tous les citadins qui n’ayant pas accès à la propriété terrienne à cause de la pression urbaine. Les programmes de micro-jardins ont permis le développement d’un processus d’innovation dans l’agriculture.

De ce fait, en mobilisant les ressources humaines dans les domaines de l’administration et de la recherché agricole, ils ont promu la réutilisation des déchets agricoles tels que les enveloppes des cacahuètes et du riz. Comme ces apports proviennent de la production agricole nationale, ils peuvent être facilement réalisés même par les plus pauvres.

Ces programmes contribuent aussi à l’amélioration de l’environnement de vie que ce soit en recyclant les déchets agricoles ou en rendant les habitations et les villes plus vertes à Dakar et dans les autres capitales régionales. La technologie du micro-jardin est adoptée par toutes les catégories sociales : les pauvres comme les riches, les hommes et les femmes, les jeunes et les personnes âgées, les gens valides et ceux qui ne le sont moins. Plus de 4 000 familles ont reçu une formation sur la technologie du micro-jardin.

Donateur : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et de l’Agriculture (FAO)

Medcités

Page publiée le 19 mai 2015, mise à jour le 16 mai 2019