Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2014 → Renforcement de la résilience des systèmes productifs maraîchers par la recherche-développement et l’éducation participative à l’application de principes agro-écologiques au Burkina Faso

ARES Wallonie-Bruxelles 2014

Renforcement de la résilience des systèmes productifs maraîchers par la recherche-développement et l’éducation participative à l’application de principes agro-écologiques au Burkina Faso

Systèmes productifs maraîchers

ARES (Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur) Wallonie-Bruxelles

Titre : Renforcement de la résilience des systèmes productifs maraîchers par la recherche-développement et l’éducation participative à l’application de principes agro-écologiques au Burkina Faso

Pays : Burkina Faso

Durée : 2014-2019

Descriptif
La mise en œuvre du projet se concrétisera à travers cinq axes interdépendants :
1. L’identification des systèmes productifs maraîchers (caractéristiques, contraintes et opportunités) dans les principales zones maraîchères du Burkina Faso, l’identification des principaux acteurs et la mobilisation des compétences en la matière.
2. La caractérisation des pratiques maraîchères et de leurs conditions environnementales et socio-économiques dans trois types de milieux (urbain, semi-urbain et rural).
3. La mise en place d’expérimentations agronomiques dans les trois milieux, au sein d’une recherche participative impliquant chercheurs, maraîchers et écoliers. Des pratiques culturales et phytosanitaires seront expérimentées, comparant pratiques conventionnelles et alternatives agro-écologiques.
4. La mise en place de dispositifs particuliers d’éducation participative et de formation. A côté de formations diplômantes et non diplômantes, des « parcelles jardins-écoles » seront créées avec l’aide des chercheurs et des maraîchers, conjointement avec les acteurs locaux (écoliers, associations des parents d’élèves et municipalités), impliquant aussi les organisations paysannes faîtières du Burkina Faso. Ces jardins-écoles constitueront un outil non seulement éducationnel mais aussi productif pour la mise en œuvre des cantines endogènes.
5. La valorisation et la diffusion des acquis. Des supports de vulgarisation (guides d’animation, fiches techniques, documents didactiques sur papier, en audio ou vidéo, …) et des guides techniques agro-écologiques de production maraîchère adaptée aux trois milieux seront produits avec la participation des acteurs. A partir de leurs témoignages et de leur vécu, les écoliers contribueront également à l’élaboration de supports éducatifs.

Coordonnateur : Marie-Paule KESTEMONT, UCL

Partenaires : Roger NEBIE, Centre national de la recherche scientifique et technologique ; Irénée SOMDA, Université polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) ; Maurice SANDWIDI, Confédération Paysanne du Faso (CPF) Bruno SCHFFERS, ULg-GxABT ;

Financement : 499.289,74 €

Présentation : ARES

Page publiée le 2 septembre 2015, mise à jour le 16 octobre 2017