Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2008 → BioGMID L’eau dans les villes de l’Afrique du Nord et leur territoire

Agence Nationale de la Recherche (France) 2008

BioGMID L’eau dans les villes de l’Afrique du Nord et leur territoire

Eau Villes Afrique du Nord

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : BioGMID L’eau dans les villes de l’Afrique du Nord et leur territoire

Région : Afrique du Nord

Référence projet : ANR-07-BLAN-0366

Date : Début et durée février 2008 - 36 mois

Programme ANR : Blanc (BLANC) 2007

Descriptif
Le projet présenté fait intervenir des spécialistes de différentes disciplines, historiens, archéologues, géographes ou géomorphologues, dont les approches systémiques permettront de croiser l’ensemble des données en exploitant les possibilités nouvelles des technologies en plein essor (télédétection, étude des sols, des pollens ou des restes fauniques), et qui mettront en évidence les effets de la romanisation sur la maîtrise de l’eau et son impact sur les paysages du Maghreb antique. Dans des zones tests, choisies pour leur exemplarité dans trois des grands pays du Maghreb, la Tunisie, le Maroc, mais aussi, dans une moindre mesure l’Algérie, dans des secteurs ruraux (Hautes Steppes tunisiennes, bassins du Sebou, de l’Ouerrha et du Loukkos, au Maroc), comme dans des villes et leur territoire (Volubilis, Lixus, Banasa, Zilil, Thamusida, Sala, Lambèse, Ammaedara, Sufetula, Oudhna, Dougga), les données collectées seront notamment intégrées dans un Système d’Information Géographie (SIG) de manière à structurer l’ensemble de l’information. De cette démarche, appuyée sur une prospection de terrain, on attend d’abord la constitution d’une cartographie comparée des ressources hydrauliques et des implantations humaines, donc un bilan quantitatif et qualitatif des ressources disponibles, et une approche plus précise des dynamiques paysagères et d’occupation des sols dans l’Antiquité : on observera certes la manière dont les hommes ont su, dans l’Afrique romaine, tirer parti de l’eau pour leur survie et leur expansion, pour les activités agricoles, mais aussi pour leur approvisionnement ou leurs loisirs. Une étude des installations hydrauliques, de leur rapport avec le paysage, naturel ou façonné par l’homme (dans la ville), de la manière dont elles ont été adaptées aux risques naturels (séisme notamment) qui priveraient leurs utilisateurs d’une ressource vitale, précisera cette image. On souhaite faire apparaître dans le même temps comment les populations se sont trouvées confrontées à l’eau de manière plus insidieuse ou plus brutale, se heurtant à des catastrophes imprévisibles (inondations), ou plus dramatiquement aux difficultés de milieux qui se fragilisent au cours des temps, selon un processus qui s’est accéléré à la fin de l’antiquité

Coordinateur : CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE PROVENCE CORSE

Partenaires  : CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT - CIRAD ; CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE PROVENCE CORSE ; INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON – INSA ; UNIVERSITE AIX-MARSEILLE II [DE LA MEDITERRANEE]

Financement Aide de l’ANR : 380 000 euros

Présentation : ANR

Page publiée le 5 septembre 2015, mise à jour le 6 novembre 2017