Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2011 → BIOPUNTIA Opuntia spp comme source de nouveaux composés à visée pharmaceutique. Caractérisation de composés bioactifs et de leur évolution lors de la domestication

Agence Nationale de la Recherche (France) 2011

BIOPUNTIA Opuntia spp comme source de nouveaux composés à visée pharmaceutique. Caractérisation de composés bioactifs et de leur évolution lors de la domestication

Opuntia Pharmacopée

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : BIOPUNTIA Opuntia spp comme source de nouveaux composés à visée pharmaceutique. Caractérisation de composés bioactifs et de leur évolution lors de la domestication

Région : Aride

Référence projet : ANR-10-INTB-1702

Date : Début et durée janvier 2011 - 36 mois

Programme ANR : Blanc international - Sciences de la vie, de la santé et des écosystèmes : Biodiversité, évolution des écosystèmes, écosystèmes productifs, agronomie (Blanc Inter SVSE 7) 2010

Descriptif
Les plantes médicinales ont été utilisées depuis plusieurs milliers d’années comme thérapies alternatives et complémentaires aux médicaments. Il existe une demande importante pour la "médecine par les plantes médicinales". L’industrie pharmaceutique cherche à identifier les composés bioactifs qui sont extraits des plantes médicinales. Cependant, la nature multicomposante et synergique des plantes médicinales montre qu’il est essentiel d’analyser des extraits complexes. Parmi les plantes médicinales mexicaines, Opuntia ssp est celle qui présente le plus grand potentiel biotechnologique : elle peut pousser dans des régions arides ; elle est comestible ; et enfin elle est utilisée traditionnellement pour le traitement du diabète, de l’ulcère gastrique, des maladies inflammatoires. Cependant, le(s) composé(s) responsable ne sont pas bien connus. De plus, il n’y a aucune donnée sur la participation de biopeptides pour les effets de cette plante médicinale. Ce manque d’information sur les protéines des cladodes est du à des problèmes d’extraction. Les outils modernes dont nous disposons (colonnes d’HPLC à haute résolution, analyse des protéines par spectrométrie de masse, nouveaux logiciels) devraient permettre d’analyser des milliers de composés individuels dans une large gamme de concentration, avec pour conséquence une meilleure caractérisation des protéines, des peptides et des phytocomposés.
L’un des problèmes quant à l’utilisation des plantes comme sources de composés actifs est leur faible concentration, et le fait que les traitements appliqués ont un effet néfaste sur le composé actif. Pour cette raison, la culture in vitro de cellules végétales a un grand potentiel comme alternative à la production de phytocomposés habituellement extraits de la plante entière. Ce procédé peut résoudre les problèmes associés à la production industrielle de phytocomposés extraits de plantes cultivées.Les cultures in vitro peuvent se réaliser toute l’année et ne sont plus soumises aux aléas des saisons, des sécheresses et de l’extinction des espèces due à un prélèvement massif des populations naturelles.

Coordinateur : Françoise GUÉRAUD (INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE -CENTRE DE RECHERCHE DE TOULOUSE)

Partenaires  : IPBS CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE MIDI-PYRENEES ; INRA INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE -CENTRE DE RECHERCHE DE TOULOUSE ; INSERM INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - Délégation régionale Midi-Pyrénées Limousin ; IPICYT, Division de Biologia Molecular ; UASLP UASLP Zonas deserticas, Mexique ; UASLP UASLP, Mexique

Financement Aide de l’ANR : 227 394 euros

Présentation : ANR

Page publiée le 6 septembre 2015, mise à jour le 10 novembre 2017