Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2008 → GHYRAF : Etude du cycle de l’eau en Afrique de l’Ouest- Une expérience pilote du Sahara à la zone de mousson à partir de mesures de gravimétrie sol et satellite

Agence Nationale de la Recherche (France) 2008

GHYRAF : Etude du cycle de l’eau en Afrique de l’Ouest- Une expérience pilote du Sahara à la zone de mousson à partir de mesures de gravimétrie sol et satellite

Cycle de l’eau - Afrique de l’Ouest

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : GHYRAF : Etude du cycle de l’eau en Afrique de l’Ouest- Une expérience pilote du Sahara à la zone de mousson à partir de mesures de gravimétrie sol et satellite

Région :Afrique de l’Ouest

Référence projet : ANR-07-BLAN-0128

Date : Début et durée janvier 2008 - 36 mois

Programme ANR : Blanc (BLANC) 2007

Descriptif
Nous proposons de mettre en oeuvre deux dispositifs expérimentaux : une répétition régulière de mesures - de gravimétrie absolue le long d’un profil qui échantillonnent les fortes variations cycliques d’humidité du sol prévues par les modèles - hydrologiques les plus récents dans cette zone. Les mesures gravimétriques obtenues sur ce profil concernent, en plus du site de - Tamanrasset (Algérie) en contexte désertique, les sites de Diffa près du lac Tchad et de Niamey au Niger, et de Djougou au Bénin, ces deux - derniers sites faisant partie du programme AMMA (Analyse Multi-disciplinaire de la Mousson Africaine). Le site hydrométeorologique de - Djougou, qui est bien instrumenté (ORE/SO AMMA-CATCH) et où les variations saisonnières en stockage d’eau sont très fortes, bénéficiera - d’une observation continue de haute précision à l’aide d’un gravimètre supraconducteur. Ces mesures mobiliseront plusieurs équipements - nationaux ; de plus, une collaboration étroite est prévue avec des partenaires européens pour obtenir l’échantillonnage de mesures de gravité - nécessaire à un projet de cette ampleur, à savoir une répétition tous les deux mois pendant deux ans, afin de bien estimer la composante - annuelle. A ces mesures gravimétriques, seront associées des mesures de positionnement précis par GPS afin de pouvoir extraire du signal la - composante liée au déplacement vertical du gravimètre (qui ne contribue pas au signal de pesanteur agissant sur le satellite). Comme la - gravimétrie au sol est sensible à l’ensemble des échelles hydrologiques, les effets locaux sur la pesanteur seront, quant à eux, isolés grâce à - une modélisation prenant en considération les paramètres hydrologiques des sites étudiés. Enfin, une nouvelle méthodologie de traitement - orbitographique des données GRACE, qui reposent sur les variations de distance inter-satellites, sera testée sur notre zone d’études. La haute - résolution spatiale et temporelle attendue permettra une première validation sol de la mission GRACE et, parallèlement, une caractérisation - précise du cycle hydrologique permettant de tester efficacement les modèles hydrologiques dans la zone de mousson en Afrique. Notre projet - est fédérateur au sein de la communauté gravimétrique française (absolue, relative et spatiale) mais permettra aussi le rapprochement de - cette communauté avec celles des géodésiens et des hydrologues, en particulier ceux qui interviennent en Afrique. Il réunit plusieurs - laboratoires avec des organismes de rattachement différents (CNRS, IRD, CNES, IGN, Universités). Le but ultime est de mieux comprendre, - grâce à des mesures conjointes au sol et par satellite, les variations spatio-temporelles des réserves d’eau à l’échelle continentale. Ceci a non - seulement un impact direct sur la gestion des ressources en eau dans cette zone où le cycle hydrologique terrestre amplifie les variations des - flux de mousson mais fournit aussi des paramètres clé pour les études de changement climatique global. ...

Coordinateur : CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE ALSACE

Partenaires  : CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE ALSACE ; CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE LANGUEDOC-ROUSSILLON ; INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS ; INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT – IRD ; UNIVERSITE TOULOUSE III [PAUL SABATIER]

Financement Aide de l’ANR : 475 000 euros

Présentation : ANR

Page publiée le 5 septembre 2015, mise à jour le 6 novembre 2017