Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Irrigation par assèchement partiel et alterné de la zone racinaire appliquée à la culture de tomate (Solanum lycopersicum) cultivée en hors sol et sous abri-serre : Atouts et perspectives d’optimisation

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (2014)

Irrigation par assèchement partiel et alterné de la zone racinaire appliquée à la culture de tomate (Solanum lycopersicum) cultivée en hors sol et sous abri-serre : Atouts et perspectives d’optimisation

AFFI Naziha

Titre : Irrigation par assèchement partiel et alterné de la zone racinaire appliquée à la culture de tomate (Solanum lycopersicum) cultivée en hors sol et sous abri-serre : Atouts et perspectives d’optimisation

Auteur : AFFI Naziha

Université de soutenance : Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Grade : Doctorat 2014

Résumé partiel
Le présent travail constitue une contribution à l’étude de la stratégie de l’irrigation par assèchement partiel des racines (PRD). Cette dernière permet l’économie de l’eau, ressource devenue rare, et offre la possibilité d’une nette amélioration de l’efficience de l’utilisation de l’eau. Étalés sur une période de trois années, les travaux de recherche ont porté sur l’étude des atouts que présente la stratégie PRD par rapport à l’irrigation déficitaire (ID) pour une culture de tomate (Solanum lycopersicum) conduite sous abri-serre et en hors sol. La comparaison a porté sur les réponses agronomiques et physiologiques. L’application de l’irrigation déficitaire et de l’irrigation par assèchement partiel des racines à différentes doses (70% et 50% ETc) a permis une amélioration de l’efficience d’utilisation de l’eau. Néanmoins, la stratégie PRD appliquée à 50% des besoins en eau semble être la combinaison la plus efficiente et pour laquelle le taux d’amélioration par rapport au témoin atteint 66%. Physiologiquement, l’essai a montré que la restriction des apports en eau procure à la tomate conduite sous serre et en hors sol une plus grande résistance aux conditions climatiques extrêmes. En comparaison avec l’irrigation déficitaire appliquée à 50% ETc, la PRD à la même dose assure un contrôle plus strict de l’activité du plant de tomate en fonction des conditions climatiques, et ce, à travers une plus grande restriction de la conductance stomatique permettant le maintien de l’état hydrique et le développement d’un système racinaire dense qui permet une meilleure cinétique d’absorption d’eau.

Présentation : Revue Marocaine des Sciences Agronomiques et Vétérinaires

Page publiée le 7 octobre 2015, mise à jour le 3 janvier 2018