Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Investigations épidémiologiques, sérologiques et moléculaires de Mycoplasma Synoviae dans les élevages de poulets reproducteurs au Maroc

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (2015)

Investigations épidémiologiques, sérologiques et moléculaires de Mycoplasma Synoviae dans les élevages de poulets reproducteurs au Maroc

NASSIK Saâdia

Titre : Investigations épidémiologiques, sérologiques et moléculaires de Mycoplasma Synoviae dans les élevages de poulets reproducteurs au Maroc

Auteur : NASSIK Saâdia

Université de soutenance : Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Grade : Doctorat 2015

Résumé
Les mycoplasmoses aviaires dues à Mycoplasma synoviae(MS) et M.gallisepticum(MG) sont des infections insidieuses respiratoires, génitales ou articulaires. Elles entraînent de lourdes pertes économiques dans les différents types d’élevage de poulet et de dinde, elles peuvent être transmises verticalement et/ ou horizontalement. Face à la régression de MG, l’infection par MS revêt un intérêt particulier et elle est considérée parmi les infections émergentes dans plusieurs pays. La présente étude réalisée entre 2011 et 2013 a pour objectifs d’estimer la prévalence de MS dans 11 élevages de poulets reproducteurs dans différentes régions du Maroc, et d’évaluer et comparer les outils de dépistage sérologique par ARL, ELISA (Kit prêt à l’emploi, IDEXX) et de diagnostic moléculaire en utilisant un kit de PCR duplex en temps réel (LifeBiotechnology). En outre, afin de caractériser les souches de MS présentes au Maroc, les gènes vlhA et nanA, ont été amplifiés et séquencés par la technique Sanger. Chaque élevage a été visité le premier jour d’importation des poussins afin de prélever ‘’20 à 60’’ poussins, puis à 8, 16, 32 et 56 semaines d’âge. Lors de chaque visite, 60 prélèvements sanguins et 60 écouvillons trachéaux ont été collectés d’une façon aléatoire dans un seul bâtiment d’élevage. En parallèle, des données relatives aux facteurs de risques ont été enregistrées. Les résultats obtenus ont révélé que les poussins d’un jour sont négatifs à MS par les tests d’ARL et de PCR, cependant, ils possèdent un stock variable des anticorps maternels (Ig-Y) détecté par l’ELISA. La séroprévalence révélée par l’ARL varie et augmente selon l’âge des oiseaux (8ème semaine : 55%, 16ème semaine : 91%, 32ème et 56ème semaine : 100%), le même profil a été noté par la PCR (8ème semaine : 36%, 16ème semaine : 64%, 32ème semaine : 82%, 56ème semaine : 100%), par contre tous les élevages étudiés se sont révélés séropositifs par l’ELISA durant toute la période de l’étude. L’analyse phylogénétique des souches de MS isolées au Maroc a montré que 10 élevages ont des souches identiques à celles isolées en Italie et en Espagne en 2012, cependant, un seul élevage a révélé la présence des souches de MS comparables à celles détectées en Italie, France et Pays Bas entre 2009 et 2012. L’identification et l’analyse des facteurs de risque liés à l’infection par MS a montré que l’apparition de l’infection est significativement liée à l’âge des oiseaux et l’âge des fermes. La prévalence de ces infections augmente pendant la saison froide, dans les régions à forte densité avicole et dans des élevages avec des défaillances au niveau des normes biosécurité, mais sans signification statistique. Selon ces investigations nous concluons que les infections mycoplasmiques à MS sont très fréquentes dans les élevages de poulets reproducteurs au Maroc, ainsi l’instauration d’une stratégie nationale de lutte et de contrôle devient nécessaire.

Présentation : Revue Marocaine des Sciences Agronomiques et Vétérinaires

Page publiée le 6 octobre 2015, mise à jour le 11 janvier 2018