Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Une nouvelle approche combinant deux systèmes à haut rendement anaérobie/aérobie pour l’épuration des eaux domestiques

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (2003)

Une nouvelle approche combinant deux systèmes à haut rendement anaérobie/aérobie pour l’épuration des eaux domestiques

EL HAFIANE Fatiha

Titre : Une nouvelle approche combinant deux systèmes à haut rendement anaérobie/aérobie pour l’épuration des eaux domestiques

Auteur : EL HAFIANE Fatiha

Université de soutenance : Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Grade : Doctorat 2003

Résumé
L’idée de combiner deux systèmes d’épuration à haut rendement anaérobie/aérobie a été appliquée au Maroc pour la première fois. Le fonctionnement de la station d’épuration (STEP) de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II à Rabat construite sur la base de ce concept a fait l’objet d’un suivi de cinq années consécutives (1997-2002) pour en déterminer le comportement et les performances et en établir les paramètres de dimensionnement. Les eaux usées sont celles du campus de l’institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II comportant principalement une résidence pour étudiants avec un restaurant universitaire. La station a une capacité de 720 équivalent-habitant et traite un débit moyen de 63 m3/j. Le système d’épuration comporte une unité anaérobie et une unité de “post treatment”, aérobie. L’unité anaérobie consiste en un système anaérobie à deux phases (SADP) comportant deux réacteurs placés en série (R1 & R2) suivis d’un décanteur externe. L’unité de “post-treatment” est constituée d’un chenal algal à haut rendement (CAHR) suivi de deux bassins de maturation (BM) en série. Sous cet arrangement, la STEP a la configuration suivante : SADP-CAHR-BM1-BM2 (configuration 1). Depuis la fin de 2001, une filtration rapide sable/gravier (FSG) est introduite entre le SADP et le CAHR parallèlement à l’élimination d’un BM d’où la configuration 2 : SADP-FSG-CAHR-BM.  Le taux d’abattement de la DCO atteint 80% en 45 h dans le SADP avec une charge organique de 0,8 kg DCO m-3 j-1. Toutefois, une part non négligeable de particules à faible densité échappent au décanteur masquant ainsi le taux d’abattement des MES. L’étude approfondie du SADP montre que R1 se comporte à la fois comme piège pour la DCOp et comme digesteur. Il serait essentiellement le siège des processus d’acidogénèse, d’acétogénèse et d’une méthanogénèse de type hydrogénotrophe. R2 fonctionnerait surtout comme digesteur ; il achèverait le travail commencé dans R1 en transformant l’acétate en méthane et serait essentiellement le siège d’une méthanogenèse de type acétotrophe. Le biogaz collecté est composé de 77% de méthane, 14% d’azote, 2% du dioxyde de carbone et des traces de H2S avec une production spécifique de 0,25 m3 kg-1 DCO éliminé ou 0,19 m3 CH4 kg-1 DCO éliminé. Le temps de rétention des solides moyen est de 32 jours et la production spécifique moyenne des boues dans les réacteurs est estimée à 0,28 g MES g-1 DCO éliminée. Les boues évacuées au niveau du décanteur sont stabilisées à 93% avec un ratio MVS/MES compris entre 0,55 et 0,65. Le SADP élimine totalement les oeufs d’helminthes.

Présentation : Revue Marocaine des Sciences Agronomiques et Vétérinaires

Page publiée le 4 octobre 2015, mise à jour le 7 janvier 2018