Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2003 → Estimation de l’évapotranspiration en région sahélienne : synthèse des connaissances et évaluation de modélisations (SISVAT, Ritchie) ; application à la zone d’HAPEX-Sahel (Niger)

Institut national polytechnique Grenoble (INPG) (2003)

Estimation de l’évapotranspiration en région sahélienne : synthèse des connaissances et évaluation de modélisations (SISVAT, Ritchie) ; application à la zone d’HAPEX-Sahel (Niger)

Derive Gaël

Titre : Estimation de l’évapotranspiration en région sahélienne : synthèse des connaissances et évaluation de modélisations (SISVAT, Ritchie) ; application à la zone d’HAPEX-Sahel (Niger)

Evapotranspiration assessment in the Sahel : review and evaluation of two models (SISVAT, Ritchie) ; application to the HAPEX-Sahel area (Niger)

Auteur : Derive Gaël

Université de soutenance : Institut national polytechnique Grenoble (INPG)

Grade : Doctorat : Mécanique des milieux géophysiques et environnement 2003

Résumé
En région sahélienne, l’estimation des divers composants évaporatifs (évaporation du sol, transpiration des plantes) demeure primordiale, que ce soit pour la connaissance du bilan hydrique au niveau de la surface, ou pour le phénomène de rétroaction que ces flux entraînent sur le régime des pluies, via l’atmosphère. Dix ans après l’expérience HAPEX-Sahel (Niger, 1992), l’impact du changement climatique ou d’occupation des sols sur les flux évaporatifs reste ouvert dans la mesure où les mesures sont limitées et aucun modèle n’a été testé sur l’ensemble des couverts végétaux (champs de mil, zones de jachère, brousse tigrée), ni sur un cycle hydrologique complet. Dans cet objectif, deux types de modélisation ont été proposés et évalués. Dans un premier temps, le schéma de surface SISVAT, à base physique, a été testé sur les principaux couverts (mil et jachère) et la sensibilité de ses paramètres (mesurés et tabulés) est discutée. Son couplage avec le modèle atmosphérique de mésoéchelle MAR permettra bientôt d’étudier la rétroaction de la végétation vers l’atmosphère. Un modèle simple conceptuel, basé sur le modèle de Ritchie, complète cette étude. Il permet de simuler de façon réaliste le bilan hydrologique d’une année complète pour tous les types de couverts (mil, jachère et brousse tigrée) et pour différentes pluviométries.

Présentation SUDOC - ABES

Version intégrale

Page publiée le 1er février 2004, mise à jour le 16 mars 2019