Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Building seed sustaining households : Defining seed security through informal seed systems and intraspecific diversity on semi-arid, resource poor farms in Kenya

McGill University (2015)

Building seed sustaining households : Defining seed security through informal seed systems and intraspecific diversity on semi-arid, resource poor farms in Kenya

Dilbone, Megan

Titre : Building seed sustaining households : Defining seed security through informal seed systems and intraspecific diversity on semi-arid, resource poor farms in Kenya

Auteur : Dilbone, Megan

Université de soutenance : McGill University

Grade : Doctor of Philosophy (PhD) 2015

Résumé
Une étude quantitative reposant sur une enquête sur les ménages et sur le modèle polyatomique de Rasch a été menée afin de mesurer l’insécurité chronique des semences au sein des ménages de trois zones semi-arides du Kenya. Les ménages ont été groupés en quatre catégories variant de ménage en sécurité semencière à ménage en insécurité semencière sévère. L’indice d’accessibilité aux semences, la diversité variétale ainsi que les caractéristiques des ménages ont été comparés dans les ménages des quatre catégories. Il n’y avait aucune différence statistiquement significative entre les ménages en sécurité semencière et les trois autres catégories de ménages en insécurité semencière croissante quant à la richesse des cultures et de la variété, des variétés par culture et des résultats obtenus avec l’index Shannon-Wiener. Une étude à méthode mixte fournit une évaluation détaillée quant à l’échange et à la conservation de semences, au niveau local et régional, approche qui a contribué à la sécurité semencière depuis des temps immémoriaux dans le comté de Tharaka-Nithi. L’historique des migrations (immigration/émigration et déplacements à l’intérieur même du comté) est un élément clé dans l’introduction de nouvelles semences, l’établissement de schémas quant au regroupement de variétés et l’adaptation aux bouleversements climatiques. Avec le temps, les marchés locaux ont remplacé le besoin d’effectuer des échanges commerciaux à longue distance. En outre, les marchés sont fréquentés par les fermiers afin d’obtenir des variétés de semences perdues ou nouvelles, en époque de stress intense, et sont souvent considérés comme une source fiable saisonnière lorsque vient le temps de s’approvisionner en semences de légumineuse. Une étude qualitative sur le millet à chandelle (Pennisetum glaucum (L.) R. Br.), aliment traditionnel important préservé par le moyen du système semencier informel à Tharaka, a documenté dix variétés de millet à chandelle maintenues par les fermiers ainsi que deux variétés disparues de millet à chandelle. Les fermiers du comté combattent les risques de mauvaises récoltes et le régime hétérogène pluviométrique en mélangeant des variétés de semences de millet à chandelle à maturation précoce et tardive, pratique observée depuis des temps immémoriaux. Avec le temps, par contre, l’introduction de variétés à maturation précoce et de variétés à plus de rendements ont remplacé les variétés indigènes. Il est à noter que la pratique de sélection des semences met l’emphase sur les longues panicules et l’obtention de gros grains ainsi que le retranchement des semences hybrides.Une étude qualitative cerne les enjeux contemporains en ce qui a trait à la participation dans le secteur des semences ainsi qu’à l’accès aux nouvelles variétés à Tharaka. Les résultats ont été examinés sous les aspects suivants : politiques nationales quant aux semences, développement formel du secteur semencier et intégration du système semencier au Kenya. Trente-neuf pour cent des ménages interrogés ont mentionné qu’ils n’avaient pas utilisé de variétés modernes de semences provenant du secteur semencier formel au cours des quatre dernières saisons. La majorité des variétés modernes de semences étaient accessibles en raison d’une distribution fréquente et gratuite de semences alors que les semences de maïs étaient les seules cultures à être achetées. Cette recherche a présenté une nouvelle façon de mesurer l’insécurité semencière et documente les aspects sociaux importants des systèmes semenciers lesquels contribuent à la conservation de la biodiversité agricole. Les résultats obtenus s’avèreront utiles lors d’évaluations locales et régionales de la sécurité semencière et d’adoption de politiques nationales quant aux semences, politiques qui tiennent compte des réalités des fermiers pauvres en ressources et intègrent les défis auxquels ces derniers font face

Présentation

Version intégrale (4 Mb)

Page publiée le 25 octobre 2015, mise à jour le 14 août 2017