Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Cameroun → Les déterminants de l’offre alimentaire vivrière dans les villes du Nord-Cameroun

Université de Ngaoundéré (2013)

Les déterminants de l’offre alimentaire vivrière dans les villes du Nord-Cameroun

Fofiri Nzossié Eric Joël

Titre : Les déterminants de l’offre alimentaire vivrière dans les villes du Nord-Cameroun

Auteur : Fofiri Nzossié Eric Joël

Etablissement de soutenance : Université de Ngaoundéré Cameroun

Grade : Doctorat : Géographie. Géographie économique 2013

Résumé
Cette thèse pose le problème de la satisfaction de la demande vivrière des ménages urbains dans le Nord-Cameroun. Cette demande croissante et diversifiée sous l’effet des facteurs socio-démographiques (croît naturel, mobilités sud-nord et transfrontalières) et naturels (exode rural lié à l’impact de la sécheresse sur les campagnes), est dominée par les céréales (mil/sorgho, maïs et riz). L’insatisfaction se caractérise aujourd’hui par des ajustements dans le choix des bases alimentaires pour tenir compte des disponibilités sur les marchés, la diminution du nombre journalier de repas dans certains ménages, la persistence de la saisonnalité intra annuelle de l’offre particulièrement sur les productions locales (mil/sorgho, maïs), avec un impact avéré sur la stabilité des prix. Ce travail vise ainsi à identifier et analyser les facteurs qui contribuent à l’irrégularité de l’offre vivrière en vue de proposer des voies de son amélioration. A partir d’un référentiel théorique de géographie économique qui se situe à l’interface d’une contribution de géographie et d’économie, la démarche méthodologique mobilise quatre diagnostics : un premier sur le système de consommation qui a porté sur 550 ménages dans les villes de Ngaoundéré, Garoua et Maroua ; un deuxième sur le système de distribution qui a conduit à s’intéresser aux détaillants urbains, aux grossistes et aux transporteurs ; un troisième sur le système de production dominé par les exploitations familiales agricoles ; un quatrième sur le cadre institutionnel d’accompagnement des acteurs de la production agricole et de la distribution alimentaire. Les résultats mettent en évidence un ensemble de déterminants majeurs qui participent à la gouvernance de l’offre alimentaire vivrière dans les villes du Nord-Cameroun, notamment l’évolution de la demande, la baisse du pouvoir d’achat des ménages, l’enclavement des zones de production par rapport aux centres de consommation, les contraintes de l’environnement de production (changement climatique et dynamique foncière) et les défaillances de la gouvernance institutionnelle. Ces résultats permettent de conclure que l’offre alimentaire vivrière répond aujourd’hui à un triple enjeu : un enjeu quantitatif global qui implique de poursuivre l’augmentation des rendements des céréales qui constituent la base alimentaire régionale ; un enjeu de disponibilités saisonnières inhérentes aux dysfonctionnements des systèmes d’approvisionnement et de distribution alimentaires (SADA) et un enjeu financier lié à la baisse du pouvoir d’achat des ménages et qui nécessite d’activer au niveau macroéconomique des leviers d’amélioration de l’état de la situation actuelle

Mots Clés : Produit alimentaire, Céréale, Offre et demande, Ville, Zone urbaine, Consommation alimentaire, Circuit de commercialisation, Distribution spatiale, Donnée de production, Exploitation agricole familiale, Sécurité alimentaire, Changement climatique, Ménage, Analyse de système

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Version intégrale (12 Mb)

Page publiée le 15 décembre 2015, mise à jour le 15 juillet 2017