Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2014 → Etude de la dynamique, de la composition biochimique et de la variabilité génétique des copépodes et des Artemia d’un écosystème extrême : la saline de Sfax (Tunisie)

Université du Mans (2014)

Etude de la dynamique, de la composition biochimique et de la variabilité génétique des copépodes et des Artemia d’un écosystème extrême : la saline de Sfax (Tunisie)

Ladhar Chiraz

Titre : Etude de la dynamique, de la composition biochimique et de la variabilité génétique des copépodes et des Artemia d’un écosystème extrême : la saline de Sfax (Tunisie)

Auteur : Ladhar Chiraz

Université de soutenance : Université du Mans en cotutelle avec l’Université de Sfax (Tunisie)

Grade : Doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie 2014

Résumé
Des approches traditionnelles en combinaison avec des méthodes moléculaires et biochimiques ont été utilisées pour étudier les communautés zooplanctoniques de la saline de Sfax. Une dizaine d’espèces ont été identifiées dans 4 bassins de salinité croissante. Les copépodes étaient la composante la plus représentative du compartiment zooplanctonique dans les bassins A5, A16 et C41. Le bassin M2 est monozoïque avec une présence exclusive d’Artemia salina.Nous avons montré le rôle crucial de la salinité dans la distribution des espèces mais nous avons souligné également l’influence, quoique plus faible, d’autres facteurs comme le ratio N:P qui pourrait être liée au mode de vie des animaux et directement aux phytoplancton. La composition en acides gras des copépodes et des Artemia est liée aux facteurs physico-chimiques et biologiques. Grâce à leur teneur en acides gras hautement insaturés, les copépodes et les Artemia peuvent être utilisés comme source alimentaire pour les poissons d’élevage. La phylogénie des copépodes est controversée puisque la structuration génétique de ce groupe n’est pas nettement identifiable. L’existence d’espèces cryptiques au sein des Paracartia grani est supposée mais reste à confirmer. Les facteurs abiotiques ne sont pas impliqués dans ces processus de divergence génétique. Chez Artemia salina, la forte teneur en sel, est un facteur de ségrégation des populations, l’adaptation des artémies à cette condition aboutit à des populations génétiquement distinctes. Un clivage génétique est repéré, il met en évidence une séparation entre les populations vivant dans de fortes teneurs en sel et celles en pleine mer.

Présentation (SUDOC)

Version intégrale (Archives Ouvertes)

Page publiée le 3 octobre 2015, mise à jour le 10 mars 2017