Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Kazakhstan → Impact de la pollution sur la qualité du lait de chamelle au Kazakhstan

Université Kazakh National d’al-Farabi co tutelle Montpellier SupAgro (2012)

Impact de la pollution sur la qualité du lait de chamelle au Kazakhstan

Akhmetsadykova, Shynar

Titre : Impact de la pollution sur la qualité du lait de chamelle au Kazakhstan

Impact of pollution on the of camel milk quality in Kazakhstan

Auteur : Akhmetsadykova, Shynar

Université de soutenance : Université Kazakh National d’al-Farabi co tutelle Montpellier SupAgro

Grade : Doctorat : Biotechnologie, microbiologie : Université Kazakh National d’al-Farabi : 2012

Présentation
Les Kazakhs sont des consommateurs traditionnels de lait d’espèces non-conventionnelles comme la chamelle. Pour autant, les régions d’élevage camelin dans ce pays, bien que basées sur un mode extensif et un accès à des ressources naturelles, n’en sont pas moins fragilisées par les risques de pollution, l’environnement du pays étant affectées par la présence de métaux lourds, pesticides et radionucléides. L’objectif de la thèse a été (a) d’évaluer l’impact de cette pollution sur la qualité du lait de chamelle et du shubat (lait fermenté), et (b) d’évaluer les capacités de détoxification des produits laitiers.Pour aborder la question de l’impact de la pollution, plusieurs niveaux d’analyses ont été mis en œuvre :(i) A l’échelle régionale, des cartes d’indice de pollution ont été établies autour de 13 fermes de zones polluées (Almaty, Sud Kazakhstan, Atyraou et Kyzylorda) afin de comparer le niveau de pollution des différentes matrices (sol, eau, plante) selon la distance aux sources de pollution.(ii) A l’échelle des matrices environnementales (sol, plante, eau), deux métaux lourds majeurs (Pb et Cd) ont été déterminés dans les échantillons de sols (7,76-131,08 ppm et 0,08-0,39 ppm, respectivement), l’eau (Pb entre 5,9-13,6 ppm et Cd 0,05-0,25 ppm), les plantes (0,50-2,30 ppm et >0,05-0,56 ppm, respectivement). Un lien entre indice de pollution et métaux dans les sols a été observé, montrant l’impact de la proximité et de la nature des sources de polluants sur la contamination des sols. On observe également une corrélation étroite entre teneur en Pb et Cd au sein des différentes matrices. Cependant, les teneurs dans le sol sont indépendantes des teneurs dans l’eau ou les plantes. Les teneurs en pesticides dans l’eau sont inférieures à celles des normes internationales. Dans les fourrages, le DDT et ses dérivés ont été plus élevés que dans le sol. Cela signifie que les résidus de pesticides peuvent être également d’origine atmosphérique et donc inhalés par les animaux(iii) Dans le lait et le shubat, la concentration en métaux lourds dans cinq régions (Almaty, Atyraou, Kyzylorda, Taraz et Sud Kazakhstan) a été en moyenne faible en Cu (< 0,05 ppm), normale en Zn (près de 5 ppm) et Cd, mais un peu élevée pour Pb. Nos résultats ont été relativement élevés pour le DDT total dans le lait de toutes les régions sauf Kyzylorda et supérieurs pour le HCH total dans le lait des régions d’Almaty et d’Atyraou.(iv) Les relations entre environnement et lait ont été testées montrant l’absence de lien entre contamination de l’environnement en métaux lourds et celle du lait et shubat. Aucune relation non plus n’a été observée pour les pesticides, à l’exception du lindane et 4,4-DDD.Pour tester l’effet détoxifiant, il a été procédé en deux étapes. D’abord l’isolement et l’identification des souches de bactéries lactiques (BAL) du shubat afin de tester leur capacité à fixer Pb et Cd. Au total, 138 souches ont été isolées à partir de 25 échantillons laitiers. Une étude qualitative pour détecter la capacité des BAL à fixer les métaux lourds a été réalisée. Parmi 118 souches testées, seules 5,1% d’entre elles n’ont poussé ni sur Pb ni sur Cd, 36 % ayant eu la capacité de fixer Pb ou Cd, et 9% les deux. Les 52 souches montrant les meilleurs résultats ont été retenues pour identification par des méthodes moléculaires (rRNA16S). Selon les résultats de séquençage, la plupart de souches étaient de genre Enterococcus et Lactobacillus, secondairement Lactococcus et Leuconostoc.Dans un second temps, un test physiologique (in vivo) a été réalisé sur 80 cobayes divisés en 8 groupes traités par le Pb et des souches de BAL. La quantité de Pb dans les fèces des groupes traités par le lait fermenté ayant contenu ou pas du Pb était relativement élevé par rapport aux groupes témoin et celui recevant de l’eau enrichie de Pb (groupe EauPb). La distribution du Pb dans les organismes de cobayes du groupe EauPb s’est révélée dans l’ordre croissant : rate

Mots clés : Pollution — Métaux lourds – Pesticides — Lait de chamelle — Bactéries lactiques

Présentation : SUDOC

Version intégrale

Page publiée le 17 décembre 2015, mise à jour le 1er août 2017