Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Traitement des lixiviats de décharges publiques : Cas de la décharge contrôlée du Grand Agadir

Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (2015)

Traitement des lixiviats de décharges publiques : Cas de la décharge contrôlée du Grand Agadir

JIROU Yidir

Titre : Traitement des lixiviats de décharges publiques : Cas de la décharge contrôlée du Grand Agadir

Auteur : JIROU Yidir

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Grade : Doctorat 2015

Résumé
A partir des années 2000, le Maroc a instauré l’élimination des déchets ménagers et assimilés par la mise en place de centres d’enfouissement technique (CET) en commençant par les grandes villes. Ces déchets sont caractérisés par une forte proportion de matière organique (70%) et un taux élevé d’humidité (60%). Ce sont ces deux caractéristiques ajoutées au tonnage journalier qui sont la source principale de production d’importantes quantités de lixiviats. Le traitement de ces effluents est encore à l’état prospectif, ce qui ne permet pas leur rejet, leur quantité augmentant notamment durant les périodes pluviales. Aujourd’hui, la plupart des grands CET au Maroc ont atteint leur limite de stockage des lixiviats présentant des risques de débordement vers le milieu naturel. La décharge contrôlée du Grand Agadir est concernée par cette problématique avec une accumulation des lixiviats (plus de 65.000 m3 en 2013). L’évaporation naturelle envisagée pour éliminer cet effluent par un système de recirculation et d’aspersion n’a pas abouti à des résultats satisfaisants. L’objectif de ce travail consiste à développer des techniques de traitement des lixiviats produits par les déchets ménagers du Grand Agadir. Différents types de traitements ont été appliqués pour diminuer la pollution contenue dans ces effluents. Les lixiviats jeunes ont été traités biologiquement par injection d’air. Les stocks de lixiviats relativement âgés ont été traités physiquement ou chimiquement. Un autre axe de la recherche s’est intéressé à l’élimination par évaporation naturelle de lixiviats traités ou non. La caractérisation des lixiviats issus de déchets ménagers frais, selon les quartiers, a permis de montrer que la forte salinité observée est due aux déchets provenant des industries du port d’Agadir. Le traitement des lixiviats jeunes par injection d’air à raison de 7 L/min durant 2 mois a permis d’aboutir à des rendements épuratoires assez importants avec d’abord l’élimination des mauvaises odeurs et puis des abattements de 99,3% de la DCO ; 99,1% de la DBO5 ; 94,4 % de l’azote total et 82,9 % des matières en suspension, les concentrations initiales étant respectivement de 72.000 mg/L, 44.000 mg/L, 1.260 mg/L et 12.560 mg/L. En plus de ces abattements, les lixiviats aéré sont perdu plus de 75 % de leur quantité initiale contre 40 % pour le témoin. L’essai relatif à l’évaluation de la quantité optimale d’air à injecter pour abattre la pollution en traitement aérobie a montré que les meilleurs rendements épuratoires sont obtenus avec un débit de 6,5 litres par minute (comparé à 4,5 et 10,5 L/min). Cependant, cet essai a montré que l’anaérobie est plus efficace pour la réduction de la flore microbienne totale et des coliformes totaux des lixiviats jeunes. Le traitement des stocks de lixiviats par filtration sur sable frais a conduit à une diminution de la pollution organique et minérale au cours de filtrations successives. Cependant, la réutilisation du sable diminue son efficacité, voire la fait perdre complètement, et la pollution des lixiviats traités augmente en conséquence. Le traitement des stocks de lixiviats par la chaux vive combinée à l’eau oxygénée (H2O2) a abouti à un abattement de la DCO de 31,75 % et une réduction de 95,24 % de la DBO5 qui a atteint 200 mg/L. Il a permis également une clarification et une désodorisation de l’effluent après 90 minutes de traitement. L’évaporation naturelle des lixiviats issus de déchets du Grand Agadir grâce à un système de goutte-à-goutte sur une plateforme plane étanchéifiée a mis en évidence une évaporation de 5 mm par jour sous les conditions climatiques d’Agadir.

Mots clés : Décharge contrôlée du Grand Agadir, Lixiviats, Aération, Filtration, Chaux vive, Eau oxygénée, Évaporation, Rendements épuratoires.

Présentation (Revue Marocaine des Sciences Agronomiques et Vétérinaires)

Page publiée le 7 octobre 2015, mise à jour le 3 janvier 2018