Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2009 → Culture de Jatropha curcas L. au Sénégal : perturbation microbiologique des sols et mitigation par co-culture avec Crotalaria, legumineuse hypermycotrophe

UMR Laboratoire des Symbioses Tropicales et Méditerranéennes (LSTM) 2009

Culture de Jatropha curcas L. au Sénégal : perturbation microbiologique des sols et mitigation par co-culture avec Crotalaria, legumineuse hypermycotrophe

Jatropha Curcas Sénégal

UMR Laboratoire des Symbioses Tropicales et Méditerranéennes (LSTM)

Titre : Culture de Jatropha curcas L. au Sénégal : perturbation microbiologique des sols et mitigation par co-culture avec Crotalaria, legumineuse hypermycotrophe

Pays : Sénégal

Localisation : Le sol de diverses parcelles sous monoculture de Jatropha curcas a été échantillonné dans la région de Fatick, département de Gossas.

Durée : Date de début de projet : 01/11/2009 Date de fin du projet : 31/10/2012

Présentation
Le recours à la monoculture de Jatropha curcas (Euphorbiacée pérenne originaire d’Amérique Centrale) à des fins de production d’agrocarburant/biocarburant (huile des graines) se développe depuis plus de 10 ans dans les zones tropicales et intertropicales et concerne aujourd’hui des millions d’hectares. Cette espèce végétale est aussi connue pour sa grande toxicité, notamment pour l’Homme et les animaux, d’où une valorisation traditionnelle dans la pharmacopée et en haie-vive. Cependant, très peu d’informations sont disponibles sur l’impact environnemental de son exploitation en monoculture pluriannuelle. L’effet des substances toxiques présentes dans les racines sur les divers compartiments biotiques du sol n’est quasiment pas abordé dans la littérature.
Dans ce contexte, il apparaît important d’évaluer dans quelle proportion la monoculture de Jatropha peut perturber les communautés microbiennes du sol impliquées dans la fertilité. En effet, lors de l’abandon des « vergers » de Jatropha en fin d’exploitation, les performances des cultures vivrières qui réinvestiraient ces surfaces arables pourraient être amoindries suite à l’altération des équilibres natifs microflore/espèces cultivées. A ce titre, le diagnostic des communautés symbiotiques des bactéries fixatrices d’azote et des champignons mycorhiziens apparaît prioritaire.

Objectifs
* Estimer l’impact de la monoculture de Jatropha curcas sur des communautés microbiennes du sol.
* Estimer la traduction de ces modifications du compartiment microbien sur les performances de cultures locales (alimentaires et ligneuses).

De plus, une technique culturale simple pouvant a priori améliorer la croissance et le statut mycorhizien de Jatropha est évaluée.

Partenaires  : Laboratoire Commun de Microbiologie (LCM, Dakar) ; IRD

Financement :AIRD

Source : Unité Mixte de Recherche UMR : LSTM

Page publiée le 8 octobre 2015, mise à jour le 8 novembre 2017