Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2002 → Etude de l’évolution des propriétés chimiques et physico-hydriques des principaux types de sols céréaliers du Nord-Ouest tunisien : effets sur les productions céréalières

Université de Provence. Aix-Marseille 1 (2002)

Etude de l’évolution des propriétés chimiques et physico-hydriques des principaux types de sols céréaliers du Nord-Ouest tunisien : effets sur les productions céréalières

Ben Hassine, Habib

Titre : Etude de l’évolution des propriétés chimiques et physico-hydriques des principaux types de sols céréaliers du Nord-Ouest tunisien : effets sur les productions céréalières

Study of the evolution of chemical and hydro-physical properties of principal types of cereal soils in the North-West of Tunisia : effects on cereal productions

Auteur  : Ben Hassine, Habib

Université de soutenance : Université de Provence. Aix-Marseille 1

Grade : Doctorat : Sciences de l’environnement. Biosciences de l’environnement et santé 2002

Résumé
La céréaliculture est pratiquée régulièrement, sous conditions pluviales, sur des sols de texture argileuse dans le Nord et le Nord-Ouest de la Tunisie. Ces sols occupent les plaines alluviales et les bas reliefs en forme de croupe. Les sols les plus aptes à cette spéculation appartiennent aux classes pédogénétiques suivantes : sols peu évolués, vertisols et sols isohumiques. Elles sont soumises à des régimes hydriques des étages bioclimatiques subhumide et semi-aride. Quatre unités représentatives de ces types de sols sont sélectionnées puis caractérisées du point de vue morphologique, analytique et minéralogique. Elles sont ensuite suivies par un double prélèvement mensuel chacune au cours des campagnes agricoles 1996-1997 et 1997-1998, puis trimestriel au cours des campagnes 1998-1999 et 1999-2000. Sur les échantillons prélevés, sont déterminés, outre les paramètres de caractérisation physico-chimique, les éléments les plus influents sur la production céréalière. L’étude de l’évolution de ces éléments a été menée par illustration graphique puis par analyse multivariée. Les principaux résultats obtenus sont : - De fortes réserves en phosphore et en potassium se trouvent dans les sols. Les teneurs assimilables des sols en phosphore sont améliorées par la fertilisation et ont tendance à diminuer progressivement ce qui justifie l’apport d’engrais par des quantités modérées au début de la campagne agricole. Du potassium échangeable se trouve en excès dans le sol avec des teneurs dépassant largement les normes conseillées pour la spéculation céréalière en sec. L’appauvrissement hivernal en azote minéral justifie des apports faibles d’engrais. La structure plus compactée des sols peu évolués ralentit la nitrification. - Les réserves hydriques sont proportionnelles aux pluviométries annuelles et les sols s’épuisent prématurément après une culture de blé. L’insuffisance des réserves hydriques en zone méridionale du milieu semi-aride justifie le choix d’espèces céréalières précoces comme l’orge. - L’équilibre nutritif des céréales est meilleur et plus visible dans les sols du milieu subhumide, phénomène mis en évidence par les analyses multivariées. L’amélioration de la structure des sols est le facteur édaphique primordial qui agit sur les rendements des espèces céréalières cultivées en sec dans le Nord-Ouest tunisien.  

Mots clés  : Céréaliculture - Thèses - Cultures et sols - Sols - Composition - Tunisie

Présentation : SUDOC - ABES

Page publiée le 2 février 2004, mise à jour le 12 janvier 2018