Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Les approches de communication participative en coopération internationale : l’interprétation des acteurs locaux au Mali

Université de Sherbrooke (2015)

Les approches de communication participative en coopération internationale : l’interprétation des acteurs locaux au Mali

Drouin, Marianne

Titre : Les approches de communication participative en coopération internationale : l’interprétation des acteurs locaux au Mali

Auteur : Drouin, Marianne

Université de soutenance : Université de Sherbrooke

Grade : Maitrise 2015

Résumé
Ce mémoire porte sur les approches de communication pour le développement utilisées dans les projets de coopération internationale. Remarquant des failles dans les projets de coopération internationale quant à leurs résultats réels, nous avons étudié les différents paradigmes de communication afin qu’ils soient plus adaptés aux besoins des populations locales, donnent des résultats durables et rendent les populations indépendantes. Ce mémoire cherche à comprendre comment les interactions basées sur la communication participative peuvent susciter des changements durables et bénéfiques pour les communautés locales. Après avoir comparé les paradigmes de la modernisation et du diffusionnisme, l’école de la dépendance ainsi que le nouveau développement, nous avons retenu comme approche théorique à prioriser celle de la communication participative pour le développement. Allant au-delà du modèle de la participation utilitariste, qui se contente de prétendre utiliser la participation, et de celui de la participation comme finalité, la communication participative pour le développement telle que nous la concevons doit être multidirectionnelle, multidimensionnelle, faire partie intégrante du processus de développement et viser des changements sociaux. Pour répondre à notre question de recherche, nous avons choisi de faire une étude de cas sur le Carrefour de solidarité internationale de Sherbrooke, un organisme québécois de coopération internationale, et de son ONG partenaire au Mali, l’Association Kilabo. Nous nous sommes rendue au Mali, et, avec une approche d’ethnométhodologie, avons conduit des entrevues semi-dirigées avec différents acteurs locaux et tenu des séances d’observation des activités de l’organisme. Ces méthodes ont été complétées par de l’analyse documentaire. Nos données de recherche nous ont menée à plusieurs pistes de réponses à notre question de recherche. Nous avons tout d’abord constaté l’importance de travailler avec les femmes dans les projets et programmes de développement et celle que les relations se poursuivent à long terme. Toutefois, l’analphabétisme est un obstacle aux changements, et les acteurs locaux du développement sont grandement dépendants sur le plan financier. L’approche fédérative utilisée par l’ONG locale tend cependant à utiliser une réelle communication participative. À la lumière de ces résultats, nous pouvons conclure que l’approche de communication participative entraîne des changements positifs et durables dans les communautés locales, ces actions ne représentent que des gouttes d’eau dans l’océan, et des problèmes structurels internationaux énormes sont à l’œuvre pour créer les inégalités

Mots clés : communication, développement, participation, Mali, ONG, coopération, international.

Présentation

Version intégrale (1,21 Mb)

Page publiée le 28 octobre 2015, mise à jour le 30 janvier 2018