Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Diversités agro-morphologique et génétique de variétés locales de sorgho (Sorghum bicolor [L.] Moench) du Burkina Faso. Eléments pour la valorisation des ressources génétiques locales

Université de Ouagadougou (2010)

Diversités agro-morphologique et génétique de variétés locales de sorgho (Sorghum bicolor [L.] Moench) du Burkina Faso. Eléments pour la valorisation des ressources génétiques locales

Barro-Kondombo Clarisse Pulchérie

Titre : Diversités agro-morphologique et génétique de variétés locales de sorgho (Sorghum bicolor [L.] Moench) du Burkina Faso. Eléments pour la valorisation des ressources génétiques locales

Auteur : Barro-Kondombo Clarisse Pulchérie

Etablissement de soutenance : Université de Ouagadougou

Grade : Doctorat : Sciences biologiques appliquées 2010

Résumé
Au Burkina Faso, les paysans gèrent une grande diversité variétale de sorgho dans différentes conditions agro-écologiques. Le but de cette étude est de décrire et analyser les diversités agro-morphologique et génétique de variétés locales de sorghos collectées en 2003 et 2004 dans trois régions agricoles du Burkina Faso (le Centre-nord, le Centre-ouest et la Boucle du Mouhoun), d’identifier les forces majeures qui influent sur leurs évolutions et de proposer des méthodes de gestion et de valorisation de la diversité. Deux approches à la fois agro-morphologique et génétique ont servi à caractériser la diversité inter-variétale et intra-variétale. La caractérisation inter variétale a été conduite avec 124 variétés locales à l’aide de 28 caractères agro-morphologiques et 29 marqueurs microsatellites. Quatre vingt quatorze pour cent (94,4 %) des variétés locales appartiennent à la race botanique Guinea composée de deux sous races : les gambicum 96,6 % et les margaritiferum 3,4 %. Les Bicolor et Durra-Bicolor représentent chacun 0,8 %. Quatre pour cent (4 %) des variétés n’ont pu être rattachés à un groupe botanique ; ceux-ci seraient des hybrides de Guinea. Les variétés à grains blancs représentent 74,2 %, celles à grains orangés 13,7 %, et celles à grains rouges 12,1 %. La plus grande part de la diversité est expliquée par le facteur variété, significatif pour tous les caractères, en particulier pour le cycle (R² = 0,84) et le poids de 1000 grains (R² = 0,79). En dehors de la durée de cycle, les facteurs " village et zone agro-écologique " ont une faible influence sur la diversité agro-morphologique, structurée en cinq groupes dont un groupe de sorghos précoces à grain rouge. Ces groupes ont été discriminés sur les critères de vitrosité du grain, de longueur de cycle et de panicule ainsi que de poids de 1000 grains. Le taux de polymorphisme génétique est de 79,3 %, avec une diversité allélique de 4,9 allèles par locus et une diversité génétique de 0,37. La diversité génétique à l’instar de la diversité agro-morphologique est aléatoirement répartie et ne respecte aucun critère. Les Guinea margaritiferum apparaissent génétiquement distincts des Guinea gambicum. Les variétés à grain rouge constituent un groupe génétiquement homogène. La différenciation génétique est faible entre les villages (Fst=0,06) et entre les zones agro-écologiques (Fst=0,04). C’est plutôt la couleur de grain avec un Fst=0,08 qui apparaît comme le principal facteur de structuration. La caractérisation intra-variétale a été réalisée avec dix variétés à grain blanc de la race Guinea gambicum, choisies parmi les 124 variétés de la caractérisation inter-variétale. Ces variétés présentent des cycles différents, et sont soumises à des modes de gestion différents dans les espaces agraires. Onze caractères agro-morphologiques et douze marqueurs microsatellites ont servi à caractériser la variabilité de 25 panicules par variété. Les niveaux de diversité intra-variétale diffèrent de manière plus ou moins importante entre les variétés. Les plus faibles variances agro-morphologiques ont été observées au sein des variétés précoces, et les plus fortes variances au sein des variétés tardives. Les variétés précoces sont nettement discriminées des variétés tardives et intermédiaires sur les critères de durée de cycle, de longueur de panicule, de productivité et de poids moyen de 1000 grains. Le taux de polymorphisme génétique est de 100 %, avec une diversité allélique de 5,7 allèles par locus, et une diversité génétique de 0,53. Les plus fortes valeurs de polymorphisme comme de diversité génétique sont observées au sein des variétés tardives. La différenciation génétique globale est forte (Fst=0,39). Génétiquement les variétés précoces constituent un groupe à part, bien différencié des variétés de cycles intermédiaire et tardif, entre lesquelles la différenciation est faible (Fst=0,06). Le taux d’allogamie est de 22 %.

Mots Clés : Sorghum bicolor, Variété indigène, Variation génétique, Caractère agronomique, Anatomie végétale, Gestion des ressources, Ressource génétique végétale, Conservation du matériel génétique

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 9 décembre 2015, mise à jour le 3 juillet 2017