Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2009 → Diagnostic agro-économique d’une petite région agricole dans le bassin de la Bénoué, au Nord-Cameroun : l’abandon de la culture du cotonnier est-il momentané ou définitif ?

AgroParisTech (2009)

Diagnostic agro-économique d’une petite région agricole dans le bassin de la Bénoué, au Nord-Cameroun : l’abandon de la culture du cotonnier est-il momentané ou définitif ?

Debru Julie

Titre : Diagnostic agro-économique d’une petite région agricole dans le bassin de la Bénoué, au Nord-Cameroun : l’abandon de la culture du cotonnier est-il momentané ou définitif ?

Auteur : Debru Julie

Etablissement de soutenance : AgroParisTech

Grade : Master : Mondialisation et dynamiques rurales comparées 2009

Résumé
L’agriculture du Nord-Cameroun a été fortement modifiée lors de l’introduction du cotonnier en culture pure par la CFDT dans les années 1950 1960. On constate aujourd’hui que le nombre de producteurs semant du cotonnier ainsi que de la superficie totale semée en cotonnier sont en diminution. Je me suis intéressée à une petite région agricole touchée par ce phénomène de baisse de la production cotonnière. La zone d’étude se situe dans le bassin de la Bénoué, dans la province Nord du Cameroun, entre les isohyètes 900 et 1000 mm. Le climat est de type soudanien et la végétation originelle et une savane arborée à combrétacées. Les villages de la zone d’étude ont tous moins de 25 ans et ont été construits par deux principales ethnies, les Mafa et les Peul. Les premiers ont effectué une migration depuis les monts Mandara abandonnant une agriculture intensive sur de petites surfaces à une agriculture extensive permise par la défriche d’un espace qui semblait en 1982 sans limites. Les Peul, présents dans la zone pour faire pâturer leurs bétails saisonnièrement depuis plusieurs siècles, se sont récemment sédentarisés pour faire face à la " privatisation " du foncier. Actuellement, les paysans de toutes ethnies ont défriché et se sont accaparé l’usage de terres cultivables. Les éleveurs ont réussi à maintenir une interdiction de défricher des espaces de parcours communs. La colonisation rapide du milieu a entrainé une grande disparité dans le mode d’accès à la terre ce qui justifie une typologie en 5 grands types basée sur le droit d’usage des terres. L’autre composante de distinction des exploitations en types est la possession d’un troupeau bovin transhumant ou non. Toutes les exploitations de la zone d’étude ont un revenu familial total supérieur au seuil de survie. Les exploitations ayant un revenu agricole faible, le complètent par un revenu issu d’une activité non agricole.

Mots Clés : Gossypium hirsutum, Élevage

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Version intégrale (8 Mb)

Page publiée le 12 novembre 2015, mise à jour le 26 décembre 2017