Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2008 → Les problèmes de la vaccination du bétail en Afrique de l’Ouest

Université Montpellier 2 (2008)

Les problèmes de la vaccination du bétail en Afrique de l’Ouest

Vaudaux Sandrine

Titre : Les problèmes de la vaccination du bétail en Afrique de l’Ouest.

Auteur : Vaudaux Sandrine

Etablissement de soutenance : Université Montpellier 2

Grade : Master 2 (Synthèse bibliographique) : Biologie géoscience agroressources et environnement (2008)

Résumé
Dans le contexte de l’Afrique de l’Ouest, où les mesures de prophylaxie sanitaire sont peu ou pas applicables, la vaccination est le seul moyen de lutter contre les maladies infectieuses affectant les ruminants. Les vaccins contre des maladies comme la péripneumonie contagieuse bovine ou la peste des petits ruminants existent, or dans certaines régions, les couvertures vaccinales sont faibles voire nulles. En Afrique de l’Ouest, seuls des laboratoires nationaux sont producteurs de vaccins, et n’utilisent pas leur capacité de production au maximum. Les démarches qualité associées sont encore problématiques puisque la mise en place du PANVAC a connu de nombreux déboires. Par ailleurs, il y a un manque de définition des rôles des acteurs, tant au niveau des réseaux de distribution qu’au niveau de la vaccination en elle-même. Et les vétérinaires privés sont de plus confrontés à une insuffisance de liquidités et de matériel (notamment de maintien de la chaîne du froid). L’analyse économique montre que les campagnes de vaccination de la peste bovine, aujourd’hui éradiquée, ont été financées pour moitié par les bailleurs de fond. Les coûts sont représentés par l’achat des vaccins mais aussi par le fonctionnement, l’amortissement du matériel et le personnel. Les vétérinaires privés, qui doivent faire un bénéfice pour continuer leurs activités, doivent facturer un prix par tête qui augmente avec le retrait des aides de l’Etat. Les réticences des éleveurs, par rapport à la protection de leur troupeau et au prix des vaccins notamment, sont véritables mais s’expliquent. Elles peuvent être écartées si elles sont comprises et prises en compte dans les campagnes de sensibilisation qui doivent être mises en oeuvre afin d’augmenter les taux de vaccination.

Mots Clés : Vaccination, Bétail

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 21 novembre 2015, mise à jour le 25 décembre 2017