Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2006 → Privatisation des services vétérinaires : offre et demande en services vétérinaires dans la région du Thiès (Sénégal)

Université Montpellier 2 (2006)

Privatisation des services vétérinaires : offre et demande en services vétérinaires dans la région du Thiès (Sénégal)

Diallo Alpha Amadou

Titre : Privatisation des services vétérinaires : offre et demande en services vétérinaires dans la région du Thiès (Sénégal)

Auteur : Diallo Alpha Amadou.

Etablissement de soutenance : Université Montpellier 2

Grade : Master 2 : Biologie géosciences agroressources et environnement. Productions animales en régions chaudes 2006

Résumé
Au Sénégal, les Services de l’Elevage ont assuré traditionnellement l’ensemble des fonctions d’appui aux éleveurs. Mais la décennie écoulée aura été marquée par un changement des conceptions en matière de l’exercice de la médecine vétérinaire ; aujourd’hui la nécessité de parvenir à une privatisation des activités de service aux éleveurs dont ceux de la santé animale est une option partagée par le pouvoir public ainsi que par l’ensemble des bailleurs de fonds intervenant dans ce secteur. L’étude a été menée pour analyser le rapport entre la demande et l’offre en matière de services de base pour l’Elevage dans la région de Thiès et Identifier les contraintes et opportunités dans le contexte actuel, ainsi que les axes stratégiques d’intervention susceptibles d’améliorer et de pérenniser les services et l’accès à ces services pour tous les usagers. L’enquête a porté sur 88 éleveurs, 6 groupements d’éleveurs, 22 auxiliaires, 4 agents techniques et 9 docteurs vétérinaires installés en clientèle privé. Les résultats montrent un élevage à caractère extensif largement dominant avec 92,6% des éleveurs enquêtés, qui s’adapter aux nouvelles conditions du milieu (réduction des parcours naturels, diminution de la pluviométrie...). Les pathologies dominantes dans la région de Thiès sont surtout les maladies parasitaires arrivant en tête des citations (72%) suivie du charbon symptomatique (50%) et la pasteurellose (22,7%). Les éleveurs à 83% apprécient la qualité des prestations du vétérinaire privé mais le plus souvent ils font appel aux auxiliaires du fait de leur proximité et du coût de leur prestation plus abordable qu’aux vétérinaires ou aux agents techniques d’élevage. Sur la qualité de la prestation des auxiliaires, les éleveurs reconnaissent quelle est à 43,8% mauvaise et à 42,7% moyenne. L’étude montre bien que l’amélioration du statut de l’élevage repose d’abord et pour une large part sur les éleveurs eux-mêmes et sur les prestataires de services privés. A cet égard, le renforcement de leurs capacités et leur professionnalisation devraient favoriser les gains potentiels importants de la productivité des exploitations familiales pastorales

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 29 novembre 2015, mise à jour le 23 décembre 2017