Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2002 → Evaluation du matériel de suivi des animaux par télémétrie et études préliminaires du domaine vital des Hippotragues rouans au sein du Parc Région du W (Niger)

Université Montpellier 2 (2002)

Evaluation du matériel de suivi des animaux par télémétrie et études préliminaires du domaine vital des Hippotragues rouans au sein du Parc Région du W (Niger)

Augé-Sabatier Arnaud

Titre : Evaluation du matériel de suivi des animaux par télémétrie et études préliminaires du domaine vital des Hippotragues rouans au sein du Parc Région du W (Niger)

Auteur : Augé-Sabatier Arnaud

Etablissement de soutenance : Université Montpellier 2

Grade : Master 2 : Biologie géosciences agroressources et environnement. Productions animales en régions chaudes 2006

Résumé
L’Hippotrague rouan ou Antilope rouanne (Hippotragus equinus) est une espèce emblématique du Parc Régional du W, parc trans-frontalier du Burkina Faso, Bénin et Niger. Bien qu’abondant en Afrique de l’Ouest, I’Hippotrague rouan y a été peu étudié à ce jour. Point d’inquiétude de gestionnaires, la gestion des populations sauvages dépend largement de la compréhension et de la prédictibilité de leurs besoins en habitat, et de l’évaluation de la qualité des habitats. Pour ce faire, le projet « Mobilité » (ANR) se propose d’étudier les trajectoires individuelles de cette espèce en relation avec les espaces (habitat, superficie,...) utilisés. En phase test de ce projet, deux hippotragues ont été équipées de balises émettrices de type Argos/VHF. L’objectif était d’évaluer les performances de ces deux systèmes de télémétrie et de mesurer l’amplitude des mouvements de ces deux hippotragues entre la fin de la saison sèche et le début de la saison des pluies. Les tests de matériel ont permis d’identifier les données de localisation et des méthodes de calculs de ces localisations fiables sur des balises fonctionnant régulièrement. Pour le système Argos, seules les classes de localisations dont l’erreur estimée est inférieure à 1 000 m ont été utilisées. Pour le système VHF, les calculs de triangulation sont les plus fiables en utilisant les azimuts calculés à partir de la bissectrice de l’angle formé par les azimuts de minimum de réception. Ces choix d’analyse ont ensuite été utilisés pour calculer les domaines vitaux par deux méthodes, MCP et Kernels. En fonction de leur homogénéité et de leur indépendance, les jeux de données des deux systèmes et les deux méthodes utilisées pour le calcul des domaines vitaux ont été restreints à une échelle spatio-temporelle spécifique. La méthode des Kernels sur les données Argos a fournit des domaines vitaux à l’échelle des trois mois d’étude tandis que la méthode MCP sur les données VHF a permis de préciser des relations plus fines des individus à leur territoire, à l’échelle du mois puis de la journée. Une première analyse des données a porté sur les domaines vitaux, leur surface (environ 500 ha), leur composition mais également leur positionnement dans l’espace. Au sein des domaines vitaux certaines zones, appelées centres d’activités, font l’objet d’une utilisation plus soutenue. Pour les hippotragues, ce centre d’activité se situe non loin de l’eau, dans des bas-fonds et des collines rocailleuses. Des déplacements importants précèdent l’approche des points d’eau permanents l’après-midi. Les premières observations montrent une influence de la première pluie sur la surface fréquentée et sur la position des centres d’activités avec un déplacement d’environ 6 km. Ce travail de stage intégré dans la phase test du projet « Mobilité » a permis d’une part de calibrer le matériel et la fiabilité des données de localisation fournies par les balises. D’autre part, il a apporté les premières informations sur le domaine vital des hippotragues et certains de ses déterminants (topographie, localisation des points d’eau).

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 25 novembre 2015, mise à jour le 18 décembre 2017