Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2005 → Création d’un outil (SIG) pour le suivi et l’évaluation de la situation acridienne du Criquet migrateur malgache, Locusta migratoria capito (Saussure, 1884) dans une région pilote, la zone d’Ejeda (Madagascar)

Ecole nationale supérieure agronomique de Montpellier (ENSAM) 2005

Création d’un outil (SIG) pour le suivi et l’évaluation de la situation acridienne du Criquet migrateur malgache, Locusta migratoria capito (Saussure, 1884) dans une région pilote, la zone d’Ejeda (Madagascar)

Andriamaroahina Tsitohaina Ravoninjatovo

Titre : Création d’un outil (SIG) pour le suivi et l’évaluation de la situation acridienne du Criquet migrateur malgache, Locusta migratoria capito (Saussure, 1884) dans une région pilote, la zone d’Ejeda (Madagascar)

Auteur : Andriamaroahina Tsitohaina Ravoninjatovo

Etablissement de soutenance : Ecole nationale supérieure agronomique de Montpellier (ENSAM)

Grade : Mastère : SILAT (Système d’informations pour l’aménagement des territoires) 2005

Résumé
Le Criquet migrateur malgache, Locusta migratoria capito (Saussure, 1884), est le premier ravageur des cultures de l’île. Le facteur principal de régulation des effectifs est le facteur hydrique. Le regroupement des individus entraîne la formation de pullulations acridiennes. L’évaluation du risque et des surfaces concernées est possible grâce au suivi spatio-temporel des conditions écométéorologiques. La mise en place d’un système d’avertissement doit permettre au Centre National Anti-acridien malgache de mener une lutte préventive rationnelle. Au cours de ce projet, un outil d’aide à la décision basé sur un SIG a été créé, il permet de définir le risque acridien mensuel. Ce risque résulte de la combinaison de 3 types de données : les composantes dynamiques (données acridiennes et pluviométriques relevées sur le terrain et saisie dans une base Access) et composantes statiques (biotopes acridiens délimités grâce à un travail antérieur de télédétection). Ce travail est réalisé dans une zone pilote (zone d’Ejeda). Grâce à la localisation du risque, la prise de mesures adéquates (surveillance et lutte) est alors possible. Ce SIG est perfectible, à condition que : 1) les stations d’observations et pluviométriques soient bien choisies et réparties, 2) les observations soient régulières et transmises en temps réel. La saisie des archives permettrait la constitution d’un référentiel, améliorant ainsi le pronostic du risque. A long terme, le dispositif peut intégrer d’autres informations (images NOOA, MétéoSAT, le bilan hydrique du sol, la température...). Les résultats obtenus dans la zone d’Ejeda ont l’air cohérents. Sa généralisation dans l’Aire grégarigène est possible (objectif du Projet de Lutte Préventive Anti-acridienne, financé par la BAD).

Mots Clés : Locusta migratoria, Lutte anti-insecte, Système d’information géographique, Télédétection, Surveillance, Évaluation, Avertissement agricole, Traitement des données, Méthode, Projet pilote, Aide à la décision

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 11 novembre 2015, mise à jour le 22 décembre 2017