Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2005 → Analyse économétrique de la production de coton au sud du Mali

Université Panthéon-Sorbonne (2005)

Analyse économétrique de la production de coton au sud du Mali

Lecogne Cédric

Titre : Analyse économétrique de la production de coton au sud du Mali

Auteur : Lecogne Cédric

Etablissement de soutenance : Université Panthéon-Sorbonne

Grade : Master : Etudes du développement. Développement agricole et politiques économiques 2005

Résumé
Lors de la signature de ma convention de stage, l’objectif affiché était de faire un travail économétrique à partir d’une enquête fournie par l’IER/CIRAD. Mme Gérard souhaitait que j’évalue, à partir de ces données, l’impact de la baisse des prix du coton sur le revenu du cotonculteur malien dans un premier. Elle désirait aussi que je modélise la fonction de production de l’agriculteur afin de l’intégrer dans le modèle d’équilibre général calculable en construction pour le Mali. J’ai choisi, en compagnie de ma maître de stage, d’insister fortement, dans une première partie, sur le contexte de l’étude, sur la description de la place du coton dans l’économie mondiale afin de mieux comprendre les impacts locaux. J’ai donc opté pour une approche étudiant d’abord le marché du coton, pour se focaliser ensuite sur un acteur quasi homogène l’Afrique de l’Ouest, composé en réalité de multiples acteurs dont le Mali. De par l’importance du thème, et dans le but de donner une assise mathématique et donc concrète aux dires et réclamations africains, de nombreuses études émanant d’acteurs de tout bord, ont vu le jour, l’objectif principal étant d’évaluer l’impact des subventions sur le prix mondial. Le coton, ou « or blanc » constitue la principale source de revenu monétaire au Mali pour beaucoup d’agriculteurs du Sud du pays1. Qualifié de « locomotive de l’agriculture »2, le coton a permis le développement des régions productrices (construction d’écoles, de mosquée de lieu de stockage, entretien des infrastructures routières,...) ;le prix du coton a donc une importance majeure dans l’économie de ces pays. Afin de caractériser les cotonculteurs maliens, j’ai utilisé les données d’enquête envoyées par M Belières. Cette description statistique (calculs de moyenne, distribution,...) a été rendu possible grâce aux nombreuses variables disponibles. Outre l’analyse des ménages agricoles, elle permet de mieux comprendre les facteurs productifs de la région en se rendant compte des différences ente les agriculteurs. Le calcul des probabilités d’allouer une terre à la culture puis celle d’utiliser ou non des intrants sur cette même parcelle3 expliquent le comportement et les choix de production des agriculteurs. De là, j’estime les fonctions de production, de coût et de profit4. Dans le but d’avoir un modèle de bonne qualité, il a été intéressant d’analyser une fonction de production commune à l’ensemble des ménages cultivant le coton, et, une, estimé à partir du sous-échantillon utilisant la technologie avec intrants pour cette culture.5 De plus, une comparaison entre technologie devenait possible ce qui permettrait de mieux différencier les exploitations productrices. Reprendre les prédictions du modèle en les comparant avec les données de production américaine et brésilienne, permettrait d’analyser les facteurs de compétitivité, les avantages comparatifs. Réutiliser ces chiffres avec des données maliennes antérieures servirait pour une étude sur série temporelle. Ces deux phases, lectures et travail sur les données de l’enquête, constituent l’essentiel de mon stage, Elles ont ainsi une place centrale dans mon rapport, le fil conducteur étant le revenu cotonnier

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 3 décembre 2015, mise à jour le 22 décembre 2017