Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2008 → L’AIDE AU DEVELOPPEMENT AIDE-T-ELLE LE DEVELOPPEMENT ? LE CAS DE L’AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

Université de Limoges (2008)

L’AIDE AU DEVELOPPEMENT AIDE-T-ELLE LE DEVELOPPEMENT ? LE CAS DE L’AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

AMEWOA Agbessi Komla

Titre : L’AIDE AU DEVELOPPEMENT AIDE-T-ELLE LE DEVELOPPEMENT ? LE CAS DE L’AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

Does development aid help development ? the case of sub-saharan africa

Auteur : AMEWOA Agbessi Komla

Université de soutenance : Université de Limoges

Grade : Doctorat ès Sciences Economique 2008

Résumé
L’aide vise à promouvoir la croissance économique dans les pays endéveloppement pour éradiquer la pauvreté. L’Afrique sub-saharienne en est la principale région bénéficiaire. Elle est également la région où la pauvreté augmente le plus. Pour élucider ce paradoxe, une étude empirique de l’efficacité de l’aide dans la région a été menée dans cette thèse. Elle conclut que l’aide est efficace. Les raisons souvent évoquées pour expliquer l’inefficacité de l’aide au développement reposent sur les trappes à pauvreté et l ’ insuffisance de l’aide. Nous montrons ic iqu’il faut aller au-delà de ces explications traditionnelles ; en considérant notamment les effets incitatifs de l’aide. A travers un modèle analytique des effets d’incitation, nous montrons que l’aide extérieure peut inciter le receveur à augmenter sa consommation au détriment de l’investissement. Elle peut en outre désinciter le receveur à améliorer la qualité de sa ouvernance. Nos analyses empiriques des effets désincitatifs de l’aide vis-à-vis de la consommation,l’investissement et de la qualité de la gouvernance soutiennent l’existence en Afrique sub-saharienne des effets pervers suggérés. L’aide encouragerait les mauvais vestissements, une augmentation de la consommation qui se ferait au profit d’une classe de privilégiés et plus généralement, une gouvernance de mauvaise qualité. Cette situation est liée à la politique des donateurs qui conduit à des problèmes d’anti-sélection et d’aléa de moralité, constituant une explication fondamentale de l’échec de l’aide en Afrique. Nos conclusions plaident pour une aide multilatérale soumise à des conditions, pour créer les « bonnes incitations » chez le receveur.

Mots clés : Aide économique — Afrique noire — Gouvernance

Présentation (SUDOC)

Version intégrale

Page publiée le 19 novembre 2015, mise à jour le 21 janvier 2017