Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2001 → Approche de la sécurité alimentaire par l’économie familiale en zones pastorales sahéliennes. Etudes de méthodologies

Université Montpellier 2 (2001)

Approche de la sécurité alimentaire par l’économie familiale en zones pastorales sahéliennes. Etudes de méthodologies

Gau Mélanie

Titre : Approche de la sécurité alimentaire par l’économie familiale en zones pastorales sahéliennes. Etudes de méthodologies

Auteur : Gau Mélanie

Etablissement de soutenance : Université Montpellier 2

Grade : DESS (Synthèse bibliographique) : Productions animales en régions chaudes 2001

Résumé
La faim et la malnutrition sont des fléaux que l’on s’efforce de combattre de manière plus ou moins institutionnalisée sous le terme d’insécurité alimentaire. Les chercheurs s’accordent maintenant à dire que son pendant, la sécurité alimentaire, dépend de la disponibilité des denrées alimentaires (dont les transports), de l’accessibilité économique (les revenus) et de la stabilité des approvisionnements dans le temps et dans l’espace, et ce à tous les niveaux de la société, de la région à l’individu. L’économie familiale est souvent à la base des méthodologies car elle permet d’analyser les causes de l’insécurité alimentaire au niveau familial et de cibler l’aide et les actions de développement sur les tranches de la population les plus vulnérables. C’est la méthode d’approche de l’économie familiale proposée par l’ ONG « Save the children » qui sera particulièrement étudiée ici. L’approche de la sécurité alimentaire en milieu pastoral se heurte à un système en pleine évolution, confronté à des changements socio-économiques majeurs. Ainsi, la démographie galopante et la sédentarisation, entraînent une augmentation du nombre d’agropasteurs, la surexploitation de l’espace près des points d’eau et la mise en culture des terres autrefois vouées à l’élevage. Confrontés à des crises, les agro-pasteurs n’ont souvent pas assez de bêtes pour résister, ni même la mobilité suffisante pour bien les alimenter. Alors que les pasteurs, bien que de plus en plus restreints dans un environnement en mosaïque, ont gardé leurs pratiques et fondements du système pastoral : la mobilité, l’accès libre à l’espace et la sous-exploitation des pâturages. Ils sont plus adaptables lors de crises et gèrent ainsi mieux les risques.

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 29 décembre 2015, mise à jour le 18 décembre 2017