Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2000 → Etude des pratiques et des stratégies paysannes en matière de traction animale dans le sud du bassin Arachidier du Sénégal : cas du village de Keur Bakary - communauté rurale de Kaymor

Centre national d’études agronomiques des régions chaudes Montpellier : CNEARC (2000)

Etude des pratiques et des stratégies paysannes en matière de traction animale dans le sud du bassin Arachidier du Sénégal : cas du village de Keur Bakary - communauté rurale de Kaymor

Djimtoloum Elie

Titre : Etude des pratiques et des stratégies paysannes en matière de traction animale dans le sud du bassin Arachidier du Sénégal : cas du village de Keur Bakary - communauté rurale de Kaymor.

Auteur : Djimtoloum Elie

Etablissement de soutenance : Centre national d’études agronomiques des régions chaudes Montpellier : CNEARC

Grade : Mémoire DAT : Traction animales 2000

Résumé
Au Sénégal, la traction animale introduite depuis 1920 et dont le développement s’est poursuivie au cours des années a permis l’équipement de 20 à 90% des exploitations du Bassin arachidier grâce aux différents Programmes Agricoles (crédits aux équipements et aux intrants) mis en place par l’Etat sénégalais dés les indépendances. Malheureusement depuis les années 1980, l’Etat s’est désengagé progressivement du secteur agricole. Les paysans ne bénéficient plus des conditions qui leurs ont permis de s’équiper. Il y a de plus en plus d’opérateurs privés qui prennent la place de l’Etat. Cette technologie, bien que maîtrisée par les paysans, a vu son développement « bloqué » à mi-cheminn. Compte tenu de ces évolutions, seul une analyse fine des pratiques et des stratégies paysannes peut permettre d’identifier la demande paysanne en traction animale et de proposer des innovations adaptées à cette demande, que ce soit au niveau de la conduite des animaux (alimentation, suivi sanitaire) ou de la valorisation par la gestion des carrières. Objectifs et méthode : Réalisé dans le cadre d’un programme de recherche initié par le CIRAD-EMVT ; notre participation à ce programme à trois objectifs. Le premier, est la caractérisation des exploitations agricoles en traction animale. Le deuxième concerne la description des modes d’utilisation de la traction animale et enfin le troisième objectif est la caractérisation des pratiques paysannes relatives à la traction animale, qui débouche sur une typologie des exploitations rencontrées dans la zone avec les différentes stratégies que ces exploitations adoptent. La méthode suivie a donc été de considérer l’exploitant comme décideur et acteur principal du système de production et d’étudier ses pratiques pour mieux aborder ses stratégies qui sont liées à ses objectifs propres. Résultats : L’assolement à Keur Bakary est dominé par la rotation continue de mil (44%) et l’arachide (48%), avec le maintient timides des cultures comme le maïs et le sorgho. La majorité des unités de production (67%) ont une main d’oeuvre nombreuse compris entre 5 à 10 actifs agricoles et mettent en valeur 8 ha en moyenne avec une forte variabilité entre les exploitations ( 3 à 17 ha). L’équipement est constitué de houe sine trois dents, de semoir monorang, de sou leveuse et charrette et ceci quelle que soit l’espèce utilisée. L’attelage est majoritairement composé d’équins (56%), de bovins (42%) et d’ânes (2%). Les animaux sont utilisés de plus en plus jeunes avec un âge moyen de 2 ans au dressage et l’âge à la reforme est fonction de l’espèce et du sexe. L’alimentation est à base de fanes d’arachide due à la disparition des parcours, le stockage des fanes d’arachide est primordial pour les exploitations. Seul les grains de mil et parfois les sons de mil permettent de complémenter les animaux (surtout équin). Les résidus industriels et les minéraux ne sont pas utilisés. Les soins vétérinaires se sont améliorés grâce à un suivi régulier des animaux par les privés et les agents étatiques. L’abreuvement des animaux est bien assuré grâce à un forage villageois, la construction de logement pour les animaux est une pratique rare, la castration l’est également La typologie réalisée à permis de ressortir quatre types principaux d’agriculteurs en fonction du statut des animaux de trait et du niveau d’équipement. Ces types comportent, des agriculteurs peu équipés avec des animaux en confiage qui s’opposent aux agriculteurs bien équipés avec plusieurs animaux de trait

Mots Clés : Énergie animale, Animal de trait, Pratique culturale, Politique de développement, Exploitation agricole

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 26 décembre 2015, mise à jour le 16 décembre 2017