Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1999 → L’approvisionnement de Nouakchott en légumes. Débouchés des cultures de diversification des périmètres irrigués de la vallée du fleuve Sénégal

Centre national d’études agronomiques des régions chaudes. Montpellier : CNEARC (1999)

L’approvisionnement de Nouakchott en légumes. Débouchés des cultures de diversification des périmètres irrigués de la vallée du fleuve Sénégal

Laurent Maurena

Titre : L’approvisionnement de Nouakchott en légumes. Débouchés des cultures de diversification des périmètres irrigués de la vallée du fleuve Sénégal.

Auteur : Laurent Maurena

Etablissement de soutenance : Centre national d’études agronomiques des régions chaudes. Montpellier : CNEARC

Grade : MSc : Développement Agricole Tropical 1999

Résumé
Ce mémoire de master a été réalisé à la suite d’un stage encadré par le Cirad. A Nouakchott, les légumes constituent l’élément principal des sauces. Ils peuvent constituer en eux-mêmes la base des plats. Les styles alimentaires évoluent par l’intégration de populations négro-africaines. On assiste donc à une diversification de la demande, accompagnée d’une diversification des zones et de la structure de l’approvisionnement. La vallée du fleuve (et le Sénégal) et les jardins maraichers péri-urbains sont complémentaires pour les périodes d’approvisionnement, et dans une certaine mesure pour les types de légumes. Le développement des cultures maraichères dans la vallée pourrait permettre de couvrir une demande non satisfaite et de réduire les importations du Sénégal ou d’Europe. Mais le principal problème est celui de l’étalement de la mise en marché. Pour attirer les grossistes, la vallée aurait intérêt à se spécialiser dans une spéculation pendant la période de pénurie. La commercialisation des légumes en période d’abondance pose également des problèmes pour de nombreux acteurs de la mise en marché, qui cherchent à s’organiser pour régulariser l’approvisionnement. La qualité de celui-ci serait améliorée si les légumes les plus fragiles étaient produits en plus grande quantité à proximité de la ville, ceux qui supportent le transport pouvant être produits dans des zones moins accessibles. Un appui à la distribution pour l’accès aux moyens de stockage apparait nécessaire, ainsi qu’une analyse approfondie de la situation des producteurs et de leurs stratégies

Mots Clés : Légume, Offre et demande, Marché intérieur, Circuit de commercialisation, Ville, Localisation des productions, Importation, Diversification, Spécialisation, Stockage, Mauritanie, Sénégal, Fleuve Sénégal

Présentation (AGRITROP – CIRAD)

Page publiée le 5 décembre 2015, mise à jour le 16 décembre 2017