Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2012 → Capital sol et arrangements institutionnels dans les agrosystèmes du Nord-Cameroun

Montpellier SupAgro (2012)

Capital sol et arrangements institutionnels dans les agrosystèmes du Nord-Cameroun

Balarabe, Oumarou

Titre : Capital sol et arrangements institutionnels dans les agrosystèmes du Nord-Cameroun

Soil Capital and institutional arrangements in North Cameroon

Auteur : Balarabe, Oumarou

Etablissement de soutenance : Montpellier SupAgro.

Grade : Doctorat : Sciences économiques : Montpellier, SupAgro : 2012

Présentation
Dans un contexte de dégradation des ressources naturelles agricoles, notre étude se propose d’élaborer un concept de capital sol permettant de réexaminer l’analyse économique des sols, en intégrant l’ensemble des services fournis par cet écosystème. Un retour sur les différents cadres d’analyse en agronomie et en sciences environnementales a permis de redéfinir les différentes perspectives associées à l’usage des sols. Une revue de la littérature sur les modèles de l’érosion et de la conservation des sols a été effectuée, et a permis de jeter les bases d’un modèle bio-économique en contrôle optimal du capital sol, basé sur la matière organique du sol et les engrais minéraux. L’étude des états stationnaires associés aux différents régimes a mis en évidence l’importance de la dynamique des stocks de matière organique, ainsi que les apports d’engrais minéraux. Ainsi, en fonction de la vitesse de minéralisation de la matière organique, les régimes miniers atténués (par la restitution de la matière organique) ou bien minier compensé (par des apports d’engrais minéraux) sont stationnaires. Les résultats obtenus par l’estimation économétrique du capital sol par une fonction de production de type translog, à partir des données expérimentales en panel obtenues au Nord-Cameroun, a permis de confirmer le poids de la matière organique et des engrais minéraux. L’estimation des élasticités des facteurs « quantité de mulch » et « quantité d’engrais apporté » a également révélé qu’elles sont négatives à leur valeur minimale, et positive au delà. De même, ces deux facteurs sont substituables à leur valeur minimale, et complémentaires au delà de cette valeur, pour maintenir un stock de capital sol identique. L’analyse des droits de propriété liés au capital sol dans le contexte du Nord-Cameroun a révélé que l’une des contraintes les plus importantes concerne la dissociation entre les droits d’exclusion et les droits de gestion, réduisant de fait l’incitation à investir pour le capital sol. L’étude suggère la prise en compte de l’innovation institutionnelle complémentaire, et propose une nouvelle typologie des innovations basée sur la proportion des deux types d’innovations (technologique et institutionnelle) nécessaires pour maintenir le capital sol. Enfin, l’étude a permis de discuter les principaux instruments de politiques publiques à mesure d’assurer la convergence entre l’optimum privé et l’optimum social. Ces mesures concernent une meilleure définition des droits de propriété, les incitations économiques pour suppléer à la défaillance des marchés, l’action collective pour la définition des arrangements institutionnels endogènes et le paiement et les marchés des services écosystémiques liés au capital sol.

Mots Clés : Capital sol Arrangements institutionnels Agrosystème Semis sous couvert végétal Nord-Cameroun Coton

Présentation (SUDOC)

Version intégrale

Page publiée le 13 décembre 2015, mise à jour le 2 février 2017