Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2015 → Analyse des déterminants des stratégies d’adaptation des exploitations agricoles en zone cotonnière au Mali : cas d’étude : Béguéné

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) 2015

Analyse des déterminants des stratégies d’adaptation des exploitations agricoles en zone cotonnière au Mali : cas d’étude : Béguéné

Keita A.

Titre : Analyse des déterminants des stratégies d’adaptation des exploitations agricoles en zone cotonnière au Mali : cas d’étude : Béguéné

Auteur : Keita A.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM)

Grade : Master 2 Recherche. Ingénierie et Gestion des Territoires . Parcours : Gestion Agricole et Territoires 2015

Résumé
Pour améliorer les performances économiques et la durabilité des Exploitations Agricoles (EA) en se basant sur la sécurisation et la diversification des revenus, il faut en déterminer les facteurs de production et leur allocation ainsi que les sources de revenus au sein de ces EA. Notre étude porte sur 65 EA à Béguéné (village situé dans la région de Ségou, au centre du Mali). Elle vise à identifier et caractériser : (i) la diversité de structure et de fonctionnement des EA, (ii) leur pratiques agricoles et d’élevage ; (ii) leurs sources de revenus. L’analyse en composantes principales montre que 11 variables dont le nombre d’UBT, le nombre d’actifs, la part de la SAU cultivée en coton, le nombre de charrettes expliquent 78,39% de la diversité des EA. La classification ascendante hiérarchique distingue cinq types EA. Les EA de type 1 (25,62% des EA), caractérisées par une importante main d’oeuvre, disposent de peu de cheptel et d’équipement et ont des revenus/actifs faibles ; les EA de type 2, (3,08%), caractérisées par des superficies/actif très élevées ; les EA de type 3, (16,92%), caractérisées par une faible part de la SAU en coton ; les EA de type 4 (44,62%), les moins équipées et avec des revenus faibles ; les EA de type 3 et 4 ont le nombre d’UBT les plus faibles ; les EA de type 5, les plus nanties ont le nombre d’UBT le plus élevé. Les surfaces emblavées en coton représentent 15% des superficies cultivées.

Mots Clés : SYSTEME DE PRODUCTION ; EXPLOITATION AGRICOLE ; REVENU DE L’EXPLOITATION ; CLASSIFICATION ; COTON ; ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES ; MALI

Présentation (MeditAgri)

Page publiée le 18 décembre 2015, mise à jour le 15 novembre 2017